Nous, jeunes du FPLP d'Aida Camp,  de Bethlehem et de Palestine, rejetons tout parallélisme entre la lutte de libération du peuple Palestinien et la vermine fasciste. Sionisme et fascisme sont les deux facettes de la même médaille : le capitalisme. Nous refusons en bloc tout type de soutien de la part de ceux, qui depuis toujours, ont été le bras armé du patronat et du capital. 
Nous n'acceptons donc aucun soutien de ceux qui utilisent le drame du peuple gazaoui, donc palestinien, seulement pour propager haine raciale et antisémitisme et pour défendre leurs petits intérêts. Depuis toujours, nous combattons et combattrons l'occupation sioniste, non pas la présence juive en Palestine."
 

NOUS CONNAISSONS NOS ENNEMIS !

INTIFADA JUSQU'À LA VICTOIRE !

LE DISPENSAIRE MÉDICAL AUTOGÉRÉ DU QUARTIER D'EXARCHEIA A UN BESOIN URGENT DE MÉDICAMENTS.
Certaines molécules sont recherchées plus que d'autres (pdf de la liste principale ci-dessous) :
http://nevivonspluscommedesesclaves.net/IMG/pdf/Besoin_en_me_dicaments_de_la_structure_me_dicale_autoge_re_e_d_Exarcheia.pdf
Mais TOUS LES MÉDICAMENTS SONT VRAIMENT NÉCESSAIRES ACTUELLEMENT, tant la situation est dramatique dans la plus grande ville de Grèce.

NOUS PARTONS CE JEUDI 28 AOÛT au petit matin en Grèce. 
D'ici là, SI VOUS POUVIEZ NOUS FAIRE PASSER VOS MÉDICAMENTS INUTILISÉS, MÊME ENTAMÉS, et tout ce qui peut vous sembler utile, nous vous en serions très reconnaissants.
Car le dispensaire médical autogéré d'Exarcheia à Athènes est celui qui concerne le plus les personnes qui résistent et créent des alternatives solidaires, dans un quartier extraordinaire en première ligne de toutes les luttes. Dans ce quartier, où la moyenne d'âge est très jeune, plus de 50% des habitants n'ont plus aucune couverture sociale ni d'autre moyen de se soigner.
L'enjeu est donc double : solidarité avec la population grecque + soutien à la la résistance en particulier.

2)
Par ailleurs, le film "Ne vivons plus comme des esclaves" et le livre "Exarcheia la noire, au cœur de la Grèce qui résiste" nous ont permis de rassembler encore 600 euros de plus cet été, marge bénéficiaire que nous allons entièrement reverser au dispensaire médical autogéré d'Exarcheia dès notre arrivée sur place.
SI VOUS DÉSIREZ AIDER, VOUS AUSSI, FINANCIÈREMENT LE DISPENSAIRE MÉDICAL D'EXARCHEIA (qui doit effectuer des achats en matériels), merci de nous contacter au 06 24 06 67 98 (Yannis) ou 06 18 26 84 95 (Maud). MÊME LES TOUTES PETITES SOMMES SONT LES BIENVENUES. Et si nécessaire, on peut faire pour vous l'avance de la somme que vous souhaitez verser, et vous pourrez nous rembourser en septembre, après notre retour.
3)
Pour information, L'ESPACE SOCIAL LIBRE NOSOTROS (CÉLÈBRE CENTRE SOCIAL AUTOGÉRÉ DE LA PLACE EXARCHEIA) A ÉGALEMENT BESOIN D'AIDE (aménagements nécessaires + effacement d'une dette qui menace lourdement ce lieu historique). Si vous souhaitez que votre aide financière soit versée au dispensaire médical ou au centre social Nosotros ou soit répartie entre les deux actions, merci de nous le préciser.
4)
Qu'il s'agisse d'une aide en nature (lot de médicaments) ou financière, ou les deux, N'HÉSITEZ PAS À AJOUTER UN MESSAGE DE SOUTIEN SIGNÉ. On fera tout passer de votre part, selon votre choix.
5)
Pour une aide financière, vous pouvez AU CHOIX utiliser PAYPAL ou nous transmettre un chèque à l'ordre d'ANEPOS ou faire un virement sur le compte d'ANEPOS. Tout est sur la page ci-dessous :
Cette page est désormais consacrée à la solidarité, le film à but non lucratif ayant été amorti, comme vous pouvez le voir sur les comptes : 
6)
Et QUE VOUS PUISSIEZ AIDER OU PAS, MERCI À TOUS DE VOTRE ATTENTION ! Nous sommes à votre disposition pour toute information supplémentaire, jusqu'au mercredi 27 août.
Bises amicales,

Maud et Yannis

Tél. 06 18 26 84 95 (Maud) ou 06 24 06 67 98 (Yannis)
Adresse postale : Maud et Yannis Youlountas - "Urgence Exarcheia" - BP 10 - 81540 SOREZE (ordre des chèques : ANEPOS).

 

COLLECTE PAMIERS (09) CE JEUDI 21 AOÛT

à l'occasion de la projection-débat de "Ne vivons plus comme des esclaves" à Pamiers (09)

organisée par les rencontres nationales des SELs

 

http://selannuel.blog4ever.com

http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?article30

Maud et Yannis seront présent dès 18h à Pamiers pour la collecte (tél. Maud 06 18 26 84 95 et Yannis 06 24 06 67 98)


>

COLLECTE SUR LA MOITIÉ NORD DU TARN JUSQU'AU DIMANCHE 24 AOÛT

Eric et Annick rassemblent tous les médicaments pour la moitié nord du Tarn à LAGRAVE (entre Graulhet, Gaillac et Albi) 

JUSQU'À CE DIMANCHE 24 AOÛT AU SOIR (et transmettent le tout lundi 25 août).

Tél Eric et Annick 06 80 34 29 54 ou 05 63 81 55 62 (domicile)

Courriel : famille.sirvin@free.fr

Adresse : 13, allée des Cerisiers 811540 LAGRAVE

Mobilisons nous pour le Testet

rencotre des 22/23/24 août 

 

Tous les opposants au barrage de Sivens ont gagné une première victoire en début d’année en empêchant la destruction de la zone humide du Testet. Le déboisement des 29ha n’était pas possible d’avril à fin août du fait de la présence d’oiseaux nicheurs. Mais le danger est à nouveau là, plus que jamais.

 

La CACG a annoncé aux entreprises sous-traitantes pour la construction de la digue que le déboisement serait terminé fin septembre. Sachant que cela lui prendrait 3 semaines pour tout déboiser, il y a urgence à se mobiliser pour faire reculer les tronçonneuses.

 

N’ayant reçu aucune réponse du Conseil Général ou de l’Agence de l’Eau sur les questions précises que nous leur avions posées, aucun nouvel élément n’est venu nous convaincre que ce projet de barrage servira bien l’intérêt général.

 

Nous restons déterminés à nous y opposer, y compris si la zone humide devait être rasée, parce que ce projet est inacceptable pour de multiples raisons qui sont rappelées sur le première page de la présentation des Rencontres d’été (ci-joint).

 

Ce projet est en complète contradiction avec les beaux discours du Conseil Général, de l’Agence de l’Eau et du gouvernement. Pour continuer à l’expliquer et à convaincre que les alternatives que nous proposons sont plus intéressantes pour l’intérêt général et moins coûteuses, nous avons décidé d‘organiser ces Rencontres d’été. Les expositions, les vidéos, les stands et les débats traitent de ces différents sujets, les novices comme les citoyens experts trouveront matière à découvrir, réfléchir, débattre, agir...

 

Mais face à la menace de déboisement dès le 1er septembre, l’urgence est aussi dese préparer à résister. Comment mener des actions légitimes, et si possible légales, de manière non-violente ? Quels sont les droits des manifestants que les forces de l’ordre doivent respecter ? Ces Rencontres doivent nous apporter des réponses concrètes également pour qu’une résistance citoyenne légitime s’oppose à ce projet inacceptable.

 

De nombreux artistes sont solidaires de notre lutte et beaucoup ont souhaité participer au succès de ces Rencontre d’été en exposant leurs œuvres (certaines seront en vente au profit du Collectif), en animant des ateliers pour les petits et les grands, en nous faisant rêver et danser…

 

Merci d’avance pour votre participation, pour votre contribution au bon déroulement de ces Rencontres qui reposent sur une formidable mobilisation bénévole.

 

Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet et tous ses partenaires

Un reportage photo de Marie-Au Palacio (AL Paris nord-est).

Ce samedi, les rues de Millau ont résonné des chants et des slogans en faveur de la Palestine, alors que le carnage continue dans la bande de Gaza. Drapeaux palestiniens et drapeaux rouge et noir côte à côte. La manif a en effet reçu le renfort des participantes et participants aux Rencontres d’été d’Alternative libertaire, qui se tenaient au même moment à quelques kilomètres de là. Des centaines de tracts ont été lancées du haut du beffroi, portant les noms des victimes de l’opération Bordure protectrice. Une prise de parole a rappelé les raisons de notre engagement : contre l’apartheid, contre le colonialisme, pour une Palestine unique, laïque, démocratique.

 

Millau (Aveyron), 9 août 2014

La-Palestine-vivra----2-.png

Soutenons les Palestiniens, dégageons les antisémites !

Toutes et tous les anticolonialistes sincères soutiennent le peuple palestinien, malgré les interdictions gouvernementales, malgré les parasites antisémites qui essaient de polluer nos rassemblements.

Partout en France, des manifestations ont eu lieu ces deux dernières semaines pour soutenir le peuple palestinien bombardé à Gaza par l’État d’Israël. A Paris, des milliers de personnes se sont rassemblées malgré les interdictions du gouvernement et une dure répression policière et judiciaire,qui a par exemple ciblé Alain Pojolat, militant du NPA mis en examen pour avoir organisé la manif parisienne du 19 juillet, interdite par la préfecture.

Cette mobilisation n’est rien d’autre que l’expression de la solidarité avec un peuple en lutte contre un État colonisateur, raciste et belliqueux.

Néanmoins, on a pu observer dans les rassemblements parisiens la présence, très minoritaire mais visible, d’individus explicitement antisémites, des soralo-dieudonnisteseffectuant quenelles ou authentiques saluts nazis, quand ils ne menacent et agressent pas les militants et militantes identifié-e-s comme d’extrême gauche ou antifascistes.

Ces néonazis déguisés n’ont pas leur place dans des rassemblements de solidarité avec la Palestine, qu’ils ne font qu’utiliser pour déverser leur haine raciste des juifs.

Ils sont les alliés objectifs du gouvernement et des sionistes, trop contents de pouvoir monter en épingle ces actions pour accuser l’ensemble des manifestants, et plus largement tout mouvement de solidarité avec la Palestine, d’antisémitisme.

Les militantes et militants propalestiniens sincères doivent prendre conscience du danger que font peser les antisémites sur notre mouvement de solidarité et refuser leur présence dans les manifestations.

Alternative libertaire, le 30 juillet 2014

Avignon, le 24 juillet 2014

 

 

Communiqué d'action: 
Une violence irresponsable

 

Nous venons de nous faire sortir.
Nous venons de nous faire sortir très violemment.
Nous venons de nous faire sortir très violemment de L'Hôtel de Ville d'Avignon.
Nous venons de nous faire sortir très violemment de L'Hôtel de Ville d'Avignon par la Police Municipale.
Nous venons de nous faire sortir très violemment de L'Hôtel de Ville d'Avignon par la Police Municipale sur ordre de la maire d'Avignon.
Nous venons de nous faire sortir très violemment de L'Hôtel de Ville d'Avignon par la Police Municipale sur ordre de la maire socialiste d'Avignon, Cécile Helle.

 

Nous, membres de la Coordination des Intermittents et Précaires, étions venus, ce jeudi 24 juillet, dès 10H30, pour obtenir un rendez-vous lui demandant d'affirmer et d'afficher clairement sa position quant à son soutien au mouvement de lutte unitaire.
Aprés une attente de 4 heures, nous avons décidé de bloquer l'entrée de la mairie, pour enfin obtenir cet entretien.
La seule réponse a été l'arrivée de policiers municipaux qui nous ont enfermés dans la mairie et expulsés manu militari avec une violence incontrôlée.

 

La façon dont elle nous a été renvoyée est à la hauteur du mépris et du dédain avec lequel ce gouvernement et les partenaires sociaux signataires de l'accord d'assurance chômage nous traite depuis ces 4 derniers mois.

 

Nous allons autour des tables, nous rencontrons les politiques, nous proposons, nous patientons. Au final, nous recevons des coups.
Il n'y a qu'en haussant le ton et les actions que nous serons entendus.
Aujourd'hui, en Avignon des compagnies sont en grève, à Chalon dans la rue 2000 personnes manifestent, bloquent le Medef, les Pôle Emploi, la préfecture, et 50% des compagnies sont en grève ce soir.
Il y a des actions sur tout le territoire, l'été est loin d'être fini.
Il est temps que le gouvernement prenne ses responsabilités car ce dialogue de sourd, ne fait qu'accroître notre colère.
La réaction de la mairie d'Avignon en ce 24 juillet est une grave erreur et une rupture.  
Aujourd'hui, en Avignon, ce "festival militant"a un goût amer et exaspéré.
Nous demandons à toutes et tous, ici et ailleurs, de relayer ce grave événement.
Nous demandons à toutes et tous, de ne pas se satisfaire de "soutiens" qui n'en sont pas.
Nous demandons à toutes, tous d'être plus forts, plus nombreux, plus déterminés encore et de réagir fermement à ce nouvel acte de trahison.

 

Coordination des Intermittents et Précaires

Vers le fascisme

 

Au cours des 45 dernières années j'ai participe a de très nombreuses manifestations, de petits rassemblements faits de quelques irréductibles a des manifestations de masses ou nous étions plus de 100,000; des manifestations calmes, voire festives et des manifestations ou nous avions été attaques par des groupes de droite voire par des passants. J'ai pris des coups, j'en ai rendus, et il m'est arrive, surtout quand j'avais des responsabilités, d'être nerveux. Mais je ne me souviens pas avoir eu peur.

Mobilise – en fait détenu en prison militaire pour avoir refuse de rejoindre mon unité qui devait aller au Liban – je n'ai pas participe, en 1983, a la manifestation ou a été assassine Emile Grunzweig, par contre j'ai été responsable du service d'ordre de la manifestation qui un mois plus tard, traverse Jérusalem pour commémorer cet assassinat. Nous y avons connu l'hostilité et la brutalité des passants, mais la non plus je n'ai pas eu peur, conscient que cette hostilité d'une partie des passants ne dépasserait pas une certaine ligne rouge, qui pourtant avait été transgressée un mois plus tôt.

Cette fois j'ai eu peur.

Il y a quelques jours nous étions quelques centaines a manifester au centre ville de Jérusalem contre l'agression a Gaza, a l'appel des "Combattants pour la Paix", A une trentaine de mètres de la, et sépares par un impressionnant cordon de policiers, quelques dizaines de fascistes qui éructent leur haine ainsi que des slogans racistes. Nous sommes plusieurs centaines et eux que quelques dizaines et pourtant ils me font peur: lors de la dispersion, pourtant protégée par la police, je rentre chez moi en rasant les murs pour ne pas être identifie comme un de ces gauchistes qu'ils abhorrent.

De retour a la maison, j'essaie d'identifier cette peur qui nous travaille, car je suis loin d'être seul a la ressentir. Je réalise en fait qu'Israël 2014 n'est plus seulement un Etat colonial qui occupe et réprime les Palestiniens, mais aussi un Etat fasciste, avec un ennemi intérieur contre lequel il y a de la haine.

La violence coloniale est passe a un degré supérieur, comme l'a montre l'assassinat de Muhammad Abou Khdeir, brule vif (sic) par 3 colons; a cette barbarie s'ajoute la haine envers ces Israéliens qui précisément refusent la haine envers l'autre. Si pendant des générations, le sentiment d'un "nous" israéliens transcendait les débats politiques et – a part quelques rares exceptions, comme les assassinats d'Emile Grunzweig puis de Yitshak Rabin – empêchaient que les divergences dégénèrent en violence meurtrière, nous sommes entres dans une période nouvelle, un nouvel Israël.

Cela ne s'est pas fait en un jour, et de même que l'assassinat du Premier Ministre en 1995 a été précède d'une campagne de haine et de délégitimassions menée en particulier par Benjamin Netanyahou, la violence actuelle est le résultat d'une fascisation du discours politique et des actes qu'il engendre: on ne compte plus le nombre de rassemblements de pacifistes et anticolonialistes israéliens attaques par des nervis de droite.

Les militants ont de plus en plus peur et hésitent a s'exprimer ou a manifester, et qu'est-ce que le fascisme si ce n'est semer la terreur pour désarmer ceux qu'il considère comme illégitimes?

Sur un arrière fond de racisme lâché et assumé, d'une nouvelle législation discriminatoire envers la minorité palestinienne d’Israël, et d'un discours politique belliciste formate par l'idéologie du choc des civilisations, l'Etat hébreu est en train de sombrer dans le fascisme.

 

Michael Warschawski

 

 

Apprenant la mort prématurée d'Ignace Garay, Alternative Libertaire tient à faire part de ses condoléances à ses proches ainsi qu'à ses camarades du NPA, de la Cgt, et à tout ceux et celles qui ont milité à ses côtés. Le mouvement ouvrier révolutionnaire perd avec lui un militant de valeur, fortement impliqué dans les luttes ouvrières de sa région. Nous exprimons enfin et surtout toute notre solidarité à sa famille dans cette épreuve difficile.

Alternative Libertaire Toulouse.

Grève des ouvrières de l’usine Latelec Fouchana

Grève de la faim de deux syndicalistes

Latecoère doit céder !

 

 

Depuis 18 jours, deux syndicalistes salariés licenciées du groupe Latécoère sont en grève de la faim. Leur état de santé s’est dégradé de jour en jour, en particulier celui de Sonia Jebali la secrétaire du syndicat UGTT de la SEA LATelec Fouchana. Sonia est atteinte d’une maladie chronique qui nécessite de suivre un traitement journalier qu’elle ne prend plus. De plus elle est anémique. 

 

Malgré cette situation la direction de Latécoère persiste à refuser d’assumer ses responsabilités et de satisfaire les revendications légitimes des grévistes de la faim à savoir la réintégration des ouvrières renvoyées abusivement. Elle continue à faire traîner les négociations.

En Tunisie, la solidarité des salariés s’accentue de jour en jour pour répondre à l’entêtement de la direction. Après avoir débrayé pendant 4 jours, les ouvrières du site de Fouchana font grève depuis maintenant 2 jours et elles ont déclaré qu’elles poursuivront le mouvement jusqu’à obtenir gain de cause. La grève est menée par 80% des travailleuses.

 

Cette solidarité ouvrière démontre que la propagande du groupe Latecoère était mensongère : les déléguées syndicales n’ont jamais eu de comportement agressif à l’égard de l’encadrement !

 

Il n’y avait donc aucun motif à leur licenciement !!

En France et dans le monde, des voix s’élèvent de plus en plus contre les agissements du groupe et son image ne fait que sombrer.

Il est temps que la direction agisse sérieusement et rapidement pour mettre fin à cette affaire scandaleuse en respectant le code du travail, en accédant aux requêtes des travailleuses en grève de la faim.

Les négociations doivent intervenir immédiatement car l’état de santé des deux syndicalistes se dégrade dangereusement. Elles sont désormais dans une situation très critique.

 

Les Comités Syndicalistes Révolutionnaires appellent donc tous les militants et organisations syndicales à faire parvenir des mail de protestation (réintégration des syndicalistes licenciées) auprès des autorités tunisiennes et de la direction de Latecoère :

Groupe Latecoère : 

frederic.michelland@latecoere.fr

Gouvernement tunisien :

masste@rnas.gov.tn

 

 

(Envoyer une copie à l’UGTT de Ben Arous : medali_boughdiri@yahoo.fr)

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés