COMMUNIQUE 17 octobre 2014 : SUD emploi Solidaires

Chômage : contrôles partout, emploi nulle part !
La Fédération Solidaires SUD Emploi, réunie en Congrès à Bordeaux, dénonce la  surenchère de propositions nauséabondes de ces derniers temps, contre les chômeurs. La dernière en date est celle de la direction et Conseil d’Administration de Pôle Emploi qui annonce un nouveau tour de vis dans le contrôle des chômeurs d’ici 6 mois.
Depuis le dernier trimestre 2013, une « expérimentation » a été menée dans 4 régions Pôle
Emploi sur le contrôle des demandeurs d’emploi conditionnant leurs droits (allocations...) au respect de leurs « devoirs » (recherche d’emploi…), alors même que Pôle Emploi est dans l’incapacité d’assurer correctement ses obligations envers eux (accompagnement, indemnisation, orientation).
On présente une nouvelle fois le chômeur comme profiteur d’un système, supposé fraudeur,
et non pas comme une victime de la politique ultralibérale qui privilégie les profits au détriment de l’emploi.
Avec ces nouvelles organisations, les agents « spécialisés en contrôle » ne sont pas en contact direct avec ceux sur lesquels ils exercent leurs actions coercitives.
Nous savons qu’en supprimant la relation directe entre le contrôleur et la personne privée d’emploi, Pôle emploi augmente mécaniquement le nombre de radiations (dans les 4 régions expérimentatrices : de 8% à 35% de radiations consécutives).
Nous dénonçons la création de cette police anti-chômeur au sein de notre établissement public
Cette politique de contrôle s’applique en interne aux agents Pôle Emploi :
Des agents spécialisés vérifient en interne les actes des conseillers en relation avec les usagers, sous couvert de « recherche de performance » en gommant tout aspect humain supposé laxiste et trop coûteux.
C’est la montée en puissance de la police privée de Pôle Emploi, une sorte de « bœuf-carottes». On devine pour qui les carottes vont être cuites…
Le but final de tous ces contrôles est de mettre la pression sur les agents pour les contraindre eux-mêmes à mettre la pression sur les demandeurs d’emploi.
Ceux-ci doivent accepter n’importe quel boulot sans sourciller, n’importe quelle action de formation même sans débouchés.
La Direction, dans sa présentation, parle ouvertement de « coercition » ; tout est dit !
Nous refusons de remplacer notre mission de relation de conseil, d’aide, d’accompagnement vers le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi par une mission, qui deviendrait prioritaire, de contrôles basés sur une suspicion généralisée et systématique des chômeurs.

 

 

Appel à la mobilisation

Journée mondiale « Urgence Kobanê »

1er novembre 2014, 14 h

Le 15 septembre dernier, l'organisation Daesh a entamé une vaste offensive sur plusieurs fronts contre la ville kurde de Kobanê, dans le nord de la Syrie (Ouest-Kurdistan, dit aussi Rojava). C’est la troisième fois que Kobanê est visée par cette organisation depuis le mois de mars 2014.

Les deux premières offensives ayant été repoussées, Daesh a rassemblé toutes ses forces pour attaquer encore plus fort et s’emparer de la ville.

En janvier dernier, les Kurdes du Rojava ont mis en place un système d'administration autonome organisé en trois cantons. Kobanê qui est l'un de ces cantons est longé au nord par la frontière turque, étant encerclé de tous les autres côtés par des zones sous contrôle de Daesh.

Daesh est entré dans la ville de Kobanê en utilisant des armes lourdes de fabrication américaine. Des centaines de milliers de civils sont confrontés à la menace d’un génocide. A Kobanê, la population tente de résister avec armes légères contre les attaques brutales de ces gangs surarmés. Pour les secourir, ils ne peuvent compter que sur le soutien des YPG et des YPJ, les unités de défense du peuple.

Voilà pourquoi il est important de se mobiliser au niveau mondial pour Kobanê et contre Daesh

La soi-disant coalition internationale contre Daesh n’a apporté aucune aide à la résistance des Kurdes, bien que ceux-ci soient les témoins du génocide en cours.

La coalition n’a pas rempli les obligations auxquelles elle est tenue en vertu du droit international. Plusieurs des pays membres de cette alliance, en particulier la Turquie, font partie des soutiens militaires et financiers de Daesh, et non des moindres.

Voilà pourquoi il est important de se mobiliser au niveau mondial pour Kobanê et contre Daesh

Si la communauté internationale souhaite que la démocratie puisse prendre racine au Moyen-Orient, elle doit soutenir la résistance kurde à Kobanê. Le modèle démocratique de l’administration autonome du Rojava est un exemple pour toutes les populations de la Syrie. Ce modèle est laïc, pluraliste, et permet de réaliser l'unité dans la diversité.

Agissons maintenant !

Il est grand temps de donner ce message aux acteurs mondiaux : une autre politique est possible.

Nous encourageons donc tous les peuples de la terre à manifester leur solidarité avec Kobanê.

Nous vous invitons vivement à participer à la journée mondiale « Urgence Kobanê ».

Soutenez la résistance contre Daesh ! Soutenez Kobanê ! Soutenez l'humanité !

Agissez maintenant !

Premiers signataires :

Prof Noam CHOMSKY-US; Adolfo Perez ESQUIVEL, Nobel Peace Prize Laureate 1980-Argentina; Hugo BLANCO, leader of the CCP (Campesino Confederation of Peru)-Peru; Prof Bill BOWRING, University of London, Birkbeck College -UK; MICHAEL MANSFIELD QC, President of Haldane Society of Socialist Lawyers-UK; Dr Felix PADEL, Sussex University-UK; Lord HYLTON, House of Lords, UK; Margaret OWEN O.B.E, human rights lawyer-UK; Nick HILDYARD, policy adviser-UK; Prof Kariane WESTRHEIM, EU Turkey Civic Commission (EUTCC)-Norway; Prof Michael GUNTER, EU Turkey Civic Commission (EUTCC)-US; Dr.ir. JP Joost JONGERDEN, Wageningen University, The Netherlands; Estella SCHMID, Peace in Kurdistan Campaign-UK; Dr. David GRAEBER-anthropologist, author, UK;  Mark THOMAS, writer/comedian-UK; Peter TATCHELL, Director, Peter Tatchell Foundation-UK; Dr Derek WALL, International Coordinator of the Green Party of England and Wales-UK; Stephen SMELLIE, UNISON Lanarkshire, Scotland-UK; FABIO AMATO, Foreign Representative of the PRC Party and Secretariat of the European Left-Italy; Moni OVADIA, perfomer/musicians/theatrical author–Italy; Michel ROLAND,  President of Médecins du Monde, Belgium; LUDO DE BRABANDER, spokesperson Vrede vzw (Belgian Peace Organisation)- Belgium; WARD KENNES, Mayor of Kasterlee/ MP, Member of the Flemish Parliament-Belgium; Stephen BOUQUIN, Prof of Sociology, Universite d’Evry-Val-d’Essone and Chairman of ROOD-Belgium; Em. Prof. Herman DE LEY, Ghent University-Belgium Dr. Suresh KHAIRNAR, National Convenor, All India Secular Forum-India; Kishore JAGTAP, President, Phule-Ambedkar Intellectual Forum-India; Amaresh MISRA, Editor-in-Chief, Medhaj News-India; Feroze MITHIBORWALA, National President of Bharat Bachao Andolan (Movement to Save India from Imperialism & Zionism)-India; Dr Radha D’SOUZA, Indian Association of People’s Lawyers – India; Manuel MARTORELL, historian and journalist-Spain; Osvaldo BAYER, historian, writer and anarchist-Argentina; Stella CALLONI, journalist, international analyst and writer-Argentina; Fernando SIGNORINI, Coach of the Argentinian Soccer Team-Argentina; Nora CORTINAS, Human rights activist, co-founder of the Mayo's Square Mothers-Argentina; Rosana ALVARADO, First Vice-President of the National Assembly-Ecuador; Maria Augusta CALLE, President of the Commission on Sovereignty and International Relations of the National Assembly-Ecuador; Virgilio HERNANDEZ, Member of the Board of Directors of the National Legislative Assembly- Ecuador; Pedro DE LA CRUZ, President of the Andean Parliament–Ecuador; Francisco VELASCO, Former Minister of Culture, Member of the Administrative Board of “Alliance Country”-Ecuador; Guillaume LONG, responsible for External Relations of Ecuador Alianza Pais Party-Ecuador; Fernando BOSSI, People's Bolivarian Congress-Argentina; Prof Kamal A.Mitra CHENOY, Centre for Comparative Politic & Political Theory, School of International Studies-India;

 

 

 

Libertat ! (gauche révolutionnaire d'Occitania) appelle tous les
mouvements, syndicats, partis, associations, collectifs, acteurs de la vie
sociale ou individus, à soutenir notre organisation face au harcèlement
politique orchestrée par l'Etat français.
En effet depuis plusieurs mois et à plusieurs reprises (5 convocations)
des militants de Libertat ! ont été convoqués par la police et un camarade
passera devant le tribunal le 17 octobre 2014 à 8h45 à Pau. Ce procès fait
suite aux violences policières qui ont eu lieu à Pau lors de la fête de la
musique de 2014. La police a violemment attaqué une fête de la musique,
organisée par la Tor du Borrèu, lieu politique et associatif de Libertat !
dans le quartier du Hédas. Cette échauffourée, sans diplomatie ni sommation
de la part des "gardiens de la paix", s'est soldée par de la prison ferme
pour deux personnes et du sursis pour deux autres présentes lors de la fête
n'est pas un hasard pour nous. En effet, nous sommes de plus inquiétés par
le pouvoir judiciaire dans le cadre d'un tract que nous avions écrit en
réponse à une énième attaque contre le peuple occitan, via ses écoles :
Calandretas (écoles immersives en occitan).... Ici  qui visait à en fermer
une de ces écoles. Dans ce tract nous qualifions le préfet des Pyrénées
Atlantiques de « personne méprisable, qui agit de manière déloyale » à
cause de ses agissement, soit : « salaud », ce qui est formellement puni
par les lois républicaines. Ce dossier est d'ores et déjà dans les mains du
procureur mais nous pouvons craindre un procès. Ces deux affaires liées
ressemblent plus pour nous à de la vengeance qu'à de la justice. Le but
étant de constituer un dossier pour faire fermer notre lieu politique et en
finir avec Libertat ! en nous donnant des amendes. Bien sûr, rien n'est
joué mais nous avons déjà des frais d'avocats qui pour une organisation
comme la notre sont conséquents. La Tor du Borrèu est depuis 22 ans un lieu
de vie et de lutte qui, au delà de son implantation dans le quartier, est
un espace de convergence politique et social.
  Dans ce sens nous appelons tous révolutionnaires, tous progressistes
sincères et plus largement toutes celles et ceux qui pensent qu'il y a
quelque chose qui va mal dans ce pays à nous soutenir moralement et
financièrement. Pour nous défendre nous avons besoin que l'information soit
largement diffusée et d'un appui populaire conséquent.

Un comité de soutien est déjà créé dans le but de fédérer et d'organiser
la résistance. Nous insistons bien sur le fait que tout cela est politique,
notre défense le sera aussi.


La resisténcia qu'ei ua question de dignitat.
Occitania, socialisme et libertat !
La Tor vivra !


Lo comitat.

-- 

cameras-AB-001.jpg


Université Populaire de Toulouse
 contact@universitepopulairetoulouse.fr

Vous pouvez nous retrouver sur notre site : http://www.universitepopulairetoulouse.fr/
ou sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/universitepopulairetoulouse 

Adhésion saison 2014/2015 : 10 euros (mini ) 

http://www.universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article4 ).

Le mercredi 29 octobre à 20h30, au Bijou, 123 avenue de Muret  :
Conférence-debat : "Pour une philosophie politique écologiste" avec Fabrice Flipo.


L'Université Populaire de Toulouse en partenariat avec la librairie TERRA NOVA invitent Fabrice Flipo au Bijou, le mercredi 29 octobre à 20H30 
pour une conférence-débat autour de son dernier ouvrage " Pour une philosophie politique écologiste" aux éditions Textuel.
Présentation de l'ouvrage en présence de l'auteur à la librairie TERRA NOVA à 18H.

Spécialiste de l'écologie politique et de la décroissance, Fabrice Flipo nous invite à une véritable révolution culturelle dans le rapport à la nature. 
Car prendre au sérieux la question écologiste (dérèglements climatiques, pollutions, risques sanitaires et alimentaires, dangers techno-scientifiques, etc.)
conduit à renouveler radicalement notre philosophie politique.
La critique sociale s'en trouve redéfinie et la modernité technologique occidentale déconstruite. 
Dans ce livre conçu comme une boussole au sein de la masse des écrits écologistes depuis les années 1970, Jean-Paul Sartre, Jean Baudrillard 
et Ivan Illich se présentent alors comme trois figures centrales dans cet effort de reconstruction philosophique.
L'écologie se confronte ici aux enjeux fondamentaux quant au sens et à l'avenir des cités humaines, loin des imbroglios politiciens et des 
arrière-pensées électoralistes auxquels trop souvent l'écologie politique est associée en France.

Entretien avec Fabrice Flipo
http://www.universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article299

Fabrice Flipo est maître de conférences en philosophie dans le département Langues et Sciences Humaines de Telecom & Management SudParis (groupe Mines-TELECOM). 
Il est membre du Conseil Scientifique d'ATTAC et chroniqueur du journal La Décroissance. 


Non à la récupération d’extrême-droite de la lutte contre le barrage de Sivens !

Collectif Tant qu’il y aura des bouilles

Lisle-sur-Tarn, Dimanche 12 octobre 2014

Non à la récupération d’extrême-droite de la lutte contre le barrage de Sivens !

Depuis quelques semaines l’extrême-droite et ses vecteurs essaient de récupérer et d’infiltrer la lutte contre le barrage de Sivens.

On a commencé à le percevoir avec l’infiltration de Farthur du site d’information conspirationniste « Inform’action » sur la ZAD du Testet au moment de la tournée de GROZAD.

Sous prétexte de ne véhiculer que « 3.6% des articles relayés par Inform’Action sur 5 000 contenus présents » qui sont complaisant avec les idéologies nationalistes, Inform’Action tente de rendre acceptable ces articles et leur démarche malhonnête : celle du nationalisme et de ses bouc-émissaires. Nous ne nous connaissons qu’un ennemi : notre propre lâcheté à laisser faire les mauvaises solutions.

Grâce à la vigilance de nos camarades, Farthur a pu être dégagé. Dans le même temps, on a été attentifs aux tentatives d’Agora Vox de s’approprier la diffusion de nos informations.

Aujourd’hui, Dimanche 12 octobre 2014, les antifascistes tarnais.e.s qui sont présent.e.s dans le collectif Tant qu’il y aura des bouilles et qui luttent contre le barrage de Sivens depuis octobre 2013 ont décollé à Gaillac les affiches et autocollants d’un nauséabond groupuscule national-socialiste : le MAS, Mouvement d’Action Sociale.

L’affiche signée Rébellion collée par les nazis du MAS

Entre « immigration arme du capital » et « social national radical », la ligne politique est claire : brune comme la peste !

Qu’est-ce que le MAS ? (source :REFLEXes)

« Prenant la suite de Pro Patria, le MAS s’est développé dans l’ombre des mouvements nationalistes en mettant en place des structures comme l’émission Méridien Zéro. Inspiré par les néo-fascistes italiens de Casapound, le MAS a réussi à s’implanter dans quelques villes comme Toulouse ou Lille. Autour du MAS gravitent également deux revues, Réfléchir & Agir et Rébellion, cette dernière jouant à fond la confusion avec l’extrême gauche et l’anticapitalisme. »

Voilà une année qu’au Testet et dans le Tarn, nous luttons, nous occupons, nous résistons, déterminé.e.s face à la corruption des élus, à la violence des forces armées, aux intimidations fascistes de certains « pro-barrages », aux intérêts convergents des politiciens, des entrepreneurs et de l’industrie agro-alimentaire. Nous ne laisserons pas une bande de petit-bourgeois du MAS toulousain ou tout autre fascistoïde moderne s’approprier notre lutte et notre résistance. Les barricades n’ont que deux côtés, celui du pouvoir en place et celui du peuple qui veut le faire tomber. Les fascistes et autres militants nationalistes divisent là où nous réunissons.

Il n’y a aucune place sur nos ZADs, dans nos luttes, dans les espaces de liberté et de dignité que nous arrachons au capitalisme et à l’État, pour l’extrême-droite, et plus généralement pour toute démarche sectaire identitaire.

Pas de fachos dans nos campagnes !

Collectif Tant qu’il y aura des bouilles, Dimanche 12 octobre 2014.

Bonjour,

A ce jour, des centaines de personnes qui habitent l'île du ramier à Toulouse sont menacées d'expulsion par la Mairie. Il s'agit d'hommes, de femmes, de familles avec enfants qui n'ont pas d'autres choix que de vivre dans des conditions parfois insalubres. Malgré tout, l'île du ramier reste un lieu d'abri proche des structures nécessaires aux premiers besoins de la vie et facilement accessible.
La Mairie, comme elle nous l'a démontré avec l’arrêté anti-prostitution, souhaite disperser la misère et la rendre moins visible de tous.

Samedi 18 octobre, à partir de 15h, les habitants de l'île du ramier soutenus par toutes les personnes qui se sentent concernées par leurs situations, participent à un rassemblement. Il a pour but de se rencontrer, d'échanger et de proposer une mobilisation pour la défense et le devenir des habitants de l'île du ramier.

Pour ceux qui sont dans l'impossibilité de se rendre au rendez vous d'aujourd'hui mais qui veulent s'impliquer dans ce projet, nous vous tiendrons informés des décisions prises et des nouvelles rencontres à venir.

Merci de diffuser l'info 
https://goo.gl/maps/VwSHR

Des habitants de l'île du Ramier, et des membres du GPS et du collectif SDF 31

Contacts :
06 01 79 45 72
07 83 30 71 14

 

Mobilisons nous pour le testet

Afin de se rendre au Testet pour le rassemblement et le festival du 25/10/2014, des bus vont être mis en place depuis Toulouse. Les Prix et les compagnies qui prendront ce voyage en charge sont encore à définir mais dès que ces questions sont réglés nous vous informerons au plus vite.

Pour s'inscrire les personnes doivent envoyer un mail avec leur contact à
l'adresse: bus-testet-25octobre@laposte.net

stand d'info et inscription à la fac tous les midis mais il faudrait faire tourner l'info en dehors de la fac.

 

communique presse action pole emploi salon recrutement 16

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés