Libertat ! (gauche révolutionnaire d'Occitania) appelle tous les
mouvements, syndicats, partis, associations, collectifs, acteurs de la vie
sociale ou individus, à soutenir notre organisation face au harcèlement
politique orchestrée par l'Etat français.
En effet depuis plusieurs mois et à plusieurs reprises (5 convocations)
des militants de Libertat ! ont été convoqués par la police et un camarade
passera devant le tribunal le 17 octobre 2014 à 8h45 à Pau. Ce procès fait
suite aux violences policières qui ont eu lieu à Pau lors de la fête de la
musique de 2014. La police a violemment attaqué une fête de la musique,
organisée par la Tor du Borrèu, lieu politique et associatif de Libertat !
dans le quartier du Hédas. Cette échauffourée, sans diplomatie ni sommation
de la part des "gardiens de la paix", s'est soldée par de la prison ferme
pour deux personnes et du sursis pour deux autres présentes lors de la fête
n'est pas un hasard pour nous. En effet, nous sommes de plus inquiétés par
le pouvoir judiciaire dans le cadre d'un tract que nous avions écrit en
réponse à une énième attaque contre le peuple occitan, via ses écoles :
Calandretas (écoles immersives en occitan).... Ici  qui visait à en fermer
une de ces écoles. Dans ce tract nous qualifions le préfet des Pyrénées
Atlantiques de « personne méprisable, qui agit de manière déloyale » à
cause de ses agissement, soit : « salaud », ce qui est formellement puni
par les lois républicaines. Ce dossier est d'ores et déjà dans les mains du
procureur mais nous pouvons craindre un procès. Ces deux affaires liées
ressemblent plus pour nous à de la vengeance qu'à de la justice. Le but
étant de constituer un dossier pour faire fermer notre lieu politique et en
finir avec Libertat ! en nous donnant des amendes. Bien sûr, rien n'est
joué mais nous avons déjà des frais d'avocats qui pour une organisation
comme la notre sont conséquents. La Tor du Borrèu est depuis 22 ans un lieu
de vie et de lutte qui, au delà de son implantation dans le quartier, est
un espace de convergence politique et social.
  Dans ce sens nous appelons tous révolutionnaires, tous progressistes
sincères et plus largement toutes celles et ceux qui pensent qu'il y a
quelque chose qui va mal dans ce pays à nous soutenir moralement et
financièrement. Pour nous défendre nous avons besoin que l'information soit
largement diffusée et d'un appui populaire conséquent.

Un comité de soutien est déjà créé dans le but de fédérer et d'organiser
la résistance. Nous insistons bien sur le fait que tout cela est politique,
notre défense le sera aussi.


La resisténcia qu'ei ua question de dignitat.
Occitania, socialisme et libertat !
La Tor vivra !


Lo comitat.

-- 

cameras-AB-001.jpg


Université Populaire de Toulouse
 contact@universitepopulairetoulouse.fr

Vous pouvez nous retrouver sur notre site : http://www.universitepopulairetoulouse.fr/
ou sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/universitepopulairetoulouse 

Adhésion saison 2014/2015 : 10 euros (mini ) 

http://www.universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article4 ).

Le mercredi 29 octobre à 20h30, au Bijou, 123 avenue de Muret  :
Conférence-debat : "Pour une philosophie politique écologiste" avec Fabrice Flipo.


L'Université Populaire de Toulouse en partenariat avec la librairie TERRA NOVA invitent Fabrice Flipo au Bijou, le mercredi 29 octobre à 20H30 
pour une conférence-débat autour de son dernier ouvrage " Pour une philosophie politique écologiste" aux éditions Textuel.
Présentation de l'ouvrage en présence de l'auteur à la librairie TERRA NOVA à 18H.

Spécialiste de l'écologie politique et de la décroissance, Fabrice Flipo nous invite à une véritable révolution culturelle dans le rapport à la nature. 
Car prendre au sérieux la question écologiste (dérèglements climatiques, pollutions, risques sanitaires et alimentaires, dangers techno-scientifiques, etc.)
conduit à renouveler radicalement notre philosophie politique.
La critique sociale s'en trouve redéfinie et la modernité technologique occidentale déconstruite. 
Dans ce livre conçu comme une boussole au sein de la masse des écrits écologistes depuis les années 1970, Jean-Paul Sartre, Jean Baudrillard 
et Ivan Illich se présentent alors comme trois figures centrales dans cet effort de reconstruction philosophique.
L'écologie se confronte ici aux enjeux fondamentaux quant au sens et à l'avenir des cités humaines, loin des imbroglios politiciens et des 
arrière-pensées électoralistes auxquels trop souvent l'écologie politique est associée en France.

Entretien avec Fabrice Flipo
http://www.universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article299

Fabrice Flipo est maître de conférences en philosophie dans le département Langues et Sciences Humaines de Telecom & Management SudParis (groupe Mines-TELECOM). 
Il est membre du Conseil Scientifique d'ATTAC et chroniqueur du journal La Décroissance. 


Non à la récupération d’extrême-droite de la lutte contre le barrage de Sivens !

Collectif Tant qu’il y aura des bouilles

Lisle-sur-Tarn, Dimanche 12 octobre 2014

Non à la récupération d’extrême-droite de la lutte contre le barrage de Sivens !

Depuis quelques semaines l’extrême-droite et ses vecteurs essaient de récupérer et d’infiltrer la lutte contre le barrage de Sivens.

On a commencé à le percevoir avec l’infiltration de Farthur du site d’information conspirationniste « Inform’action » sur la ZAD du Testet au moment de la tournée de GROZAD.

Sous prétexte de ne véhiculer que « 3.6% des articles relayés par Inform’Action sur 5 000 contenus présents » qui sont complaisant avec les idéologies nationalistes, Inform’Action tente de rendre acceptable ces articles et leur démarche malhonnête : celle du nationalisme et de ses bouc-émissaires. Nous ne nous connaissons qu’un ennemi : notre propre lâcheté à laisser faire les mauvaises solutions.

Grâce à la vigilance de nos camarades, Farthur a pu être dégagé. Dans le même temps, on a été attentifs aux tentatives d’Agora Vox de s’approprier la diffusion de nos informations.

Aujourd’hui, Dimanche 12 octobre 2014, les antifascistes tarnais.e.s qui sont présent.e.s dans le collectif Tant qu’il y aura des bouilles et qui luttent contre le barrage de Sivens depuis octobre 2013 ont décollé à Gaillac les affiches et autocollants d’un nauséabond groupuscule national-socialiste : le MAS, Mouvement d’Action Sociale.

L’affiche signée Rébellion collée par les nazis du MAS

Entre « immigration arme du capital » et « social national radical », la ligne politique est claire : brune comme la peste !

Qu’est-ce que le MAS ? (source :REFLEXes)

« Prenant la suite de Pro Patria, le MAS s’est développé dans l’ombre des mouvements nationalistes en mettant en place des structures comme l’émission Méridien Zéro. Inspiré par les néo-fascistes italiens de Casapound, le MAS a réussi à s’implanter dans quelques villes comme Toulouse ou Lille. Autour du MAS gravitent également deux revues, Réfléchir & Agir et Rébellion, cette dernière jouant à fond la confusion avec l’extrême gauche et l’anticapitalisme. »

Voilà une année qu’au Testet et dans le Tarn, nous luttons, nous occupons, nous résistons, déterminé.e.s face à la corruption des élus, à la violence des forces armées, aux intimidations fascistes de certains « pro-barrages », aux intérêts convergents des politiciens, des entrepreneurs et de l’industrie agro-alimentaire. Nous ne laisserons pas une bande de petit-bourgeois du MAS toulousain ou tout autre fascistoïde moderne s’approprier notre lutte et notre résistance. Les barricades n’ont que deux côtés, celui du pouvoir en place et celui du peuple qui veut le faire tomber. Les fascistes et autres militants nationalistes divisent là où nous réunissons.

Il n’y a aucune place sur nos ZADs, dans nos luttes, dans les espaces de liberté et de dignité que nous arrachons au capitalisme et à l’État, pour l’extrême-droite, et plus généralement pour toute démarche sectaire identitaire.

Pas de fachos dans nos campagnes !

Collectif Tant qu’il y aura des bouilles, Dimanche 12 octobre 2014.

Bonjour,

A ce jour, des centaines de personnes qui habitent l'île du ramier à Toulouse sont menacées d'expulsion par la Mairie. Il s'agit d'hommes, de femmes, de familles avec enfants qui n'ont pas d'autres choix que de vivre dans des conditions parfois insalubres. Malgré tout, l'île du ramier reste un lieu d'abri proche des structures nécessaires aux premiers besoins de la vie et facilement accessible.
La Mairie, comme elle nous l'a démontré avec l’arrêté anti-prostitution, souhaite disperser la misère et la rendre moins visible de tous.

Samedi 18 octobre, à partir de 15h, les habitants de l'île du ramier soutenus par toutes les personnes qui se sentent concernées par leurs situations, participent à un rassemblement. Il a pour but de se rencontrer, d'échanger et de proposer une mobilisation pour la défense et le devenir des habitants de l'île du ramier.

Pour ceux qui sont dans l'impossibilité de se rendre au rendez vous d'aujourd'hui mais qui veulent s'impliquer dans ce projet, nous vous tiendrons informés des décisions prises et des nouvelles rencontres à venir.

Merci de diffuser l'info 
https://goo.gl/maps/VwSHR

Des habitants de l'île du Ramier, et des membres du GPS et du collectif SDF 31

Contacts :
06 01 79 45 72
07 83 30 71 14

 

Mobilisons nous pour le testet

Afin de se rendre au Testet pour le rassemblement et le festival du 25/10/2014, des bus vont être mis en place depuis Toulouse. Les Prix et les compagnies qui prendront ce voyage en charge sont encore à définir mais dès que ces questions sont réglés nous vous informerons au plus vite.

Pour s'inscrire les personnes doivent envoyer un mail avec leur contact à
l'adresse: bus-testet-25octobre@laposte.net

stand d'info et inscription à la fac tous les midis mais il faudrait faire tourner l'info en dehors de la fac.

 

communique presse action pole emploi salon recrutement 16

Salut à toustes, 
ce dimanche 19 oct à 10h aura lieu un petit déjeuner-débat sur le conflit du Testet au cinéma Utopia de Tournefeuille. on est en attente de réponses de qui vient mais il y doit y avoir des représentants des collectif (Bouilles et Testet) pour animer le débat. Il y aura En 1ère partie le film-performance de Séb Tarot "Bouilles et bottes" très court, suivi d'un film qui  parle du combat des Gooparabooloo, en Australie contre la déforestation.

Je lance un appel à 3 jours du débat pour se servir au mieux de la vitrine offerte s'il y a des militants dispos présents et motivées : par exemple tenir un point info au marché de Tournefeuille ou dans Utopia le dimanche matin, ou faire une action clown au marché ou au ciné, ou distribuer des feuilles sèches en souvenir de la forêt massacrée, bref,  ce que tu-vous voulez. Je me dis qu'on peut faire du battage pour le 25 oct et aussi récolter des thunes (chorale improvisée au marché ou théâtre de l'invisible?), informer un plus large public,. Proposition a été faite par Utopia de passer sur des ordis des films dans le hall des films sur le teste, mais il faut alors des gens qui le gèrent (copain-ines de TV Bruits ou autre?). 
 

Désolée de lancer cet appel à 3 jours de l’événement, mais bon, on est  toustes des Camille !
Je suis plus joignable par tél que par mail pour passer les infos et le relais pour ce dimanche, si ça vous dit,
Biz militantes,

Ce matin, contrôle en gare de l’Est, métro Châtelet et peut être à la gare Montparnasse. (On n’a pas plus de précision s’il s’agit d’opération Mos Maiorum).

Plusieurs outils ont été mis en place au niveau européen :

Une carte interactive des contrôles en cours en Europe où chacun-e peut signaler la présence de flics.

Et pour les utilisateurs/trices de twitter, le hashtag#ReportMosMaiorum

 

14 octobre 2014. 

Les contrôles ont continué aujourd’hui à Gare du Nord. Dès ce matin des groupes de CRS et de la ferroviaire patrouillaient dans le hall. Un cordon de policiers ferroviaires et de contrôleurs bloquait à nouveau l’accès au train pour Calais, tandis que des CRS étaient positionnés en bout de quai.

En fin d’après midi au métro Porte de Bagnolet des CRS et des contrôleurs étaient présents. Nous n’avons pas plus d’informations mais ils intervenaient apparemment dans le cadre de Mos Maiorum.

Les personnes arrêtées hier à Grenoble n’ont à priori pas été placées en rétention, nous n’avons pas plus de nouvelles.

 

13 octobre 2014. Les contrôles dans le cadre de l’opération Mos Maiorum ont commencé.

Aujourd’hui en fin de journée un contrôle a eu lieu à Gare du Nord : des groupe de flics (PAF, CRS, SNCF) ont patrouillé et contrôlé plusieurs personnes dans le hall de la gare. Ils leur ont posé des questions sur d’où ils venaient, où ils allaient, depuis quand ils étaient en france, etc., et notaient les réponses dans un calepin (pas de formulaire). Les personnes n’ont a priori pas été embarquées (du moins pas celles que les personnes présentes sur place ont vu se faire contrôler). Plusieurs flics étaient aussi postés sur la voie des trains en partance pour Calais avec barrage de contrôleurs à l’accès au train. Ils avaient une réquisition du procureur qui leur permettaient de contrôler dans la gare et aux abords jusqu’à 21h.

Ce matin plusieurs flics étaient présents à la station de RER Saint Michelmais rien ne permet de dire s’il s’agissait de Mos Maiorum, d’une raflecomme il y en a tous les jours dans les transports et les rues ou de l’occupation policière permanente de la ville.

À Grenoble ce midi une vingtaine de personnes ont été arrêtées dans lequartier de la Gare, menottées puis à priori emmenées au commissariat de Grenoble. Il y a eu nombre de contrôle d’identité au faciès toujours dans la même zone, effectuées par une vingtaine de policiers avec des chiens.

OPPOSONS NOUS AUX CONTRÔLES ET AUX ARRESTATIONS

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés