Voici le calendrier des prochaines mobilisations toulousaines: A vos agendas
mardi 23 septembre : 9H 
Mobilisation unitaire devant le Conseil général en soutien aux travailleurs sociaux et aux jeunes majeurs isolés qui campent devant l'entrée.  
Ce sera aussi l'occasion de nous retrouver et de faire le point sur les échéances suivantes.
jeudi 25 septembre à 10h (lieu à déterminer) :
AG de mobilisation de la CIP-MP pour préparer la journée de mobilisation du 1er octobre : appel à mobilisation et à la grève (1er jour de la mise en application de l'accord Unédic du 22 mars). 
Nous souhaitons l'organiser de manière interpro. URGENT : Nous devons finaliser l'appel avant la fin de la semaine. Merci de préciser si vous souhaitez vous y associer et y intervenir (les temps de parole seront répartis) . C'est une demande très forte de la CIP
La présence de syndicalistes de Pôle emploi est déjà assurée. Normalement le MNCP devrait en être, le DAL aussi.    
Mercredi 1er octobre :
DONC … Mobilisation générale le 1er octobre (1ère journée d'application de l'accord du 22 mars) avec appel à la grève : appel de la Coordination nationale réunie à Dijon les 1er et 2 septembre  
 
Les 9 et 10 octobre 
se tient à Toulouse le congrès de l'ARF (Association des Régions de France).
De source syndicale, Valls et Hollande devraient être là, chacun leur tour ou le même jour ! Il y sera question de réforme territoriale.
Une occasion rêvée pour toutes celles et ceux qui en ont marre de se mobiliser. C'est déjà dans l'air !
11 octobre : journée européenne anti-Tafta (action à Toulouse)
16 octobre : appel en cours de la CGT (sans doute avec Solidaires et la FSU) pour une journée nationale d'action interprofessionnelle.
17 octobre : journée mondiale contre la misère
20 octobre : manifestation de soutien à Toulouse aux 595  femmes de ménage en lutte en Grèce
D'après un camarade étudiant de SUD étudiant, les étudiants de Paul Sabathié seraient entrain de se mobiliser contre les mesures austéritaires imposées au sein de l'Université.
Merci pour vos réponses rapides concernant la demande écrite en rouge !!!!
A très bientôt,

communique de presse action info et sensibilisation ple emp



GROZAD !!! (avec lieux et horaires mis à jour définitivement !)

https://www.youtube.com/watch?v=rVfMxYvpD4o

Visites de soutien, venues du Festival International du Film Grolandais de
Toulouse ! (membres du jury, réalisateurs, acteurs...)

MERCREDI 17 SEPTEMBRE : Noël GODIN, Raoul VANEIGEM et J.-H. MEUNIER

8h45-9h30 Rassemblement devant le Conseil général à ALBI (choix définitif
de l'Assemblée générale des opposants à Albi ce soir, même si ce n'est
plus le lieu d'occupation sur Albi depuis l'expulsion de ce mardi matin).

puis 10h15-11h15 à la ZAD du TESTET (entrée Barat, croisement D132-D32, à
10 km de Gaillac)

puis 11h30-12h avec les lycéens en grève à GAILLAC (lycée Victor Hugo)

JEUDI 18 SEPTEMBRE : Sergio GHIRARDI, Alessandro DI GIUSEPPE et l'Eglise
de la Très Sainte Consommation

10h-11h30 à la ZAD du TESTET (bénédiction des tronçonneuses et des
flash-ball !)

puis 12h-13h30 Rassemblement devant le Conseil général à ALBI (choix
définitif de l'Assemblée générale des opposants à Albi ce soir, même si ce
n'est plus le lieu d'occupation sur Albi depuis l'expulsion de ce mardi
matin). Alessandro et l'ETSC feront une messe de soutien à Thierry
Carcenac !

puis 14h-14h30 avec les lycéens en grève à GAILLAC (lycée Victor Hugo)

Des surprises se préparent...

VENEZ NOMBREUX POUR LES RENCONTRER ET NOUS SOUTENIR !!! MERCI !!!

tract-protection-de-l-enfance-001.jpg


communiqué protection de l'enfance 001

ZAD DU TESTET : UNE SEMAINE DÉCISIVE ET UNE EXTENSION TOUS AZIMUTS DE LA LUTTE ! (merci de diffuser, bloguer, poster, twitter, faire circuler...)

ZAD DU TESTET : UNE SEMAINE DÉCISIVE ET UNE EXTENSION TOUS AZIMUTS DE LA LUTTE !
(merci de diffuser, bloguer, poster, twitter, faire circuler...)

Ce lundi matin, "sur le front" de la ZAD du Testet : charges des gardes-mobiles, tirs de flash-ball, matraquages, 4 blessés, mais les pompiers ne viennent pas !
http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/2014/09/15/lundi-15-septembre-point-sur-la-situation/ 
Besoin urgent de renforts pour occuper massivement de façon pacifique et solidaire, sans céder à la tentative d’intimidation (entrée de la ZAD du Testet par le lieu-dit Barat, croisement D132-D32, à 10km de Gaillac).

Bilan du rassemblement d’hier dimanche : replantation d’arbres par de nombreux enfants qui ont ajouté une étiquette ou un dessin avec leur prénom et leur âge, parfois avec un poème (mais c’est exactement au-dessus de ces arbres que les gardes-mobiles ont chargé ce matin, en les piétinant, juste devant la parcelle surnommée Gazad) 

A suivre… bientôt des images !

Besoin également de renforts à l’occupation/campement (plus tranquille) qui continue jour et nuit devant le Conseil général à Albi (plein centre-ville, on fait des crèpes, des concerts, on chante, on crée des banderoles, on soutient nos grévistes de la faim, on distribue des tracts aux passants et l’ambiance est très accueillante) :

Ce lundi matin simultanément, le blocage du lycée Victor Hugo de Gaillac par les lycéens a été interrompu par une intervention de la police, mais la grève continue et promet de s’étendre à d’autres lycées du Tarn et d’ailleurs !

Ce lundi matin simultanément à 7h45, une délégation d’élus solidaires de toute la région sont venus exprimer leur opposition au projet de barrage et exiger un moratoire au président du Conseil général sous pression (plus d’infos bientôt), alors que toute la grande entrée du Conseil général est toujours occupée, au sol comme dans les arbres (cabanes), de jour comme de nuit !

Demain mardi à 14h, une décision de Justice pourrait interrompre définitivement les machines et augurer une replantation de toute la zone du testet ! Et si ce n’est ce rendu, ce pourrait être le suivant… Tenons bon ! (à suivre)

Cette semaine, pendant le Festival International du Film Grolandais à Toulouse, la ZAD devient GROZAD ! Avec de nombreuses surprises et, parmi les visites, on peut d’ores-et-déjà annoncer :
Mercredi matin devant le CG à Albi puis à la ZAD du Testet : Raoul VANEIGEM, Noël GODIN et Jean-Henri MEUNIER !
Jeudi matin à la ZAD du Testet puis devant le CG à Albi : Sergio GHIRARDI, Alessandro DI GIUSEPPE et l’Eglise de la Très Sainte Consommation !
Venez nombreux les rencontrer et soutenir également les occupants par votre présence !

A suivre… bientôt un clip vidéo + un tract/affiche pour annoncer partout la GROZAD !

Contact collectif Tant qu’il y aura des bouilles (occupations...) : collectifbouilles@riseup.net / tél. 06 48 64 04 22 (nouveau numéro, téléphone de veille et d’alerte)
Contact collectif pour la sauvegarde du Testet et communications médias : collectiftestet@gmail.com / tél. 06 99 26 60 66 (Ben Lefetey)
Contact comité de soutien et organisation Grozad : yannis@youlountas.net / tél. 06 24 06 67 98 (Yannis Youlountas)
Contact grève des lycéens Gaillac : v.decarpentrie61@gmail.com / tél. 06 01 18 58 21 (Valentin Décarpentrie) et https://www.facebook.com/events/770270413034425

Face au passage en force du Conseil Général, à la violence employée par les forces de l’ordre contre les opposants au projet de barrage de Sivens tant sur Sivens qu’à Albi et en soutien aux grévistes de la faim et à tous les opposant-es présent-es sur le site,

le collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet et les associations environnementales organisent, autour d’un pique-nique, un

 

 

Rassemblement dimanche 14 septembre de 12h à 18h à proximité de la ZAD 
(lieu-dit Barat, croisement D132/D32)

Pique-nique, Scène musicale, prises de parole

 

N’hésitez pas à faire circuler l’information ! 

Stop au barrage d'irrigation de Sivens !


Dans le Tarn, à proximité de Sivens, un nouveau grand projet inutile de barrage dédié à l'irrigation du maïs et financé sur fond public à hauteur de 8,4 millions d'euros menace une zone humide classée « remarquable » située au Testet.

Stop à l’artificialisation des terres agricoles

Alors que l'artificialisation des terres agricoles ne cesse de s'accroître pour représenter 9,1% du territoire national, les promoteurs de ce projet de barrage s'apprêtent à déboiser une vaste zone de 40 hectares, dont 13 hectares de zones humides.

Stop à la destruction de cette zone humide

Une centaine d'espèces animales protégées ont été identifiées sur ce site. Comme de mauvaise coutume, les « déstructivistes » au pouvoir se proposent de créer de toute pièce de nouvelles zones humides au titre de mesures compensatoires. Dans le cerveau étriqué d'un bureaucrate, rien n'est aussi simple que de déplacer une zone humide et des espèces menacées. D'un clic de (chauve)souris, les salamandres, couleuvres et autres pipistrelles sont exfiltrées de la zone à bétonner et réimplantées artificiellement dans une nouvelle zone. Simple. Trop simple !!!


Stop au modèle agricole productiviste

Ce barrage est d'autant plus contestable qu'il va de pair avec un modèle agricole productiviste faisant la part belle au couple infernal « maïs / élevage industriel /nitrate /algues vertes ». Cette plante, inadaptée à nos latitudes nécessite une très forte consommation d'eau et d'intrants chimiques. Ineptie agronomique, le maïs oblige les agriculteurs à puiser dans les nappes phréatiques et cours d'eau. Aujourd'hui, l'agriculture absorbe plus de 70 % de l'eau consommée. Pour faire pousser un kilo de maïs, il faut entre 238 et 454 litres d'eau ! Pire, le maïs laisse la terre à nu pendant une très grande partie de l'année, créant les conditions du ruissellement, de l'érosion des terres arables et des inondations à venir.

Stop à la répression des militant-es opposé-es à ce barrage

Depuis plusieurs semaines, cet énième grand projet inutile cristallise l'opposition de militant-es mobilisé-es. Ces derniers sont confronté-es à un déploiement de force et de violence policière que les zadistes de Notre-Dame des Landes n'ont que trop bien connu.

Au Testet avec ce projet de barrage comme à Drucat avec le projet de ferme-usine des 1000vaches, ce modèle agricole dépendant du maïs et du soja vacille. Pour que la transition agricole que nous appelons de nos voeux voie enfin le jour, ces grands projets inutiles doivent être abandonnés.

Stop au barrage d'irrigation de #Sivens : signez pour défendre la zone humide du #Testet !

SIGNEZ pour défendre la zone humide du TESTET !

ou
http://barrage-sivens.agirpourlenvironnement.org/

★ Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé.★ - Margaret Mead (1901 - 1978) - Anthropologue.

StéphenMartinMickaël, Julie et toute l'équipe d'Agir pour l'Environnement.
contact@agirpourlenvironnement.org
--
http://www.agirpourlenvironnement.org
http://www.facebook.com/association.agirpourlenvironnement
http://www.twitter.com/APEnvironnement

Marie-Claude Rafaneau-Boj,

« Odyssée pour la liberté. Les camps de prisonniers espagnols, 1939-1945»,


 Pour toutes commandes vous pouvez utiliser le bon de commande se trouvant dans notre site : lecoquelicot.info/ au prix de 20€+ 2€50 de frais d’envoi.

 

 

Lorsque le livre de Marie-Claude Rafaneau-Boj est sorti, en 1993, il était parmi les premiers à paraître, en France et en langue française, sur les premières années de l’exil politique espagnol, situées en prolongement des années de guerre et de révolution en Espagne. Jusque-là, il existait peu d’études historiques proprement dites sur l’exil espagnol en France, alors

qu’en Espagne les travaux avaient commencé à être publiés au milieu des années 1970. Dans le pays où les républicains espagnols s’étaient réfugiés en 1939, c’est essentiellement au tournant des années 1989-1990 que des recherches émergent, dans des ouvrages collectifs publiés quasi simultanément

. La quasi-totalité des écrits sur l’exil émanaient alors des exilés euxmêmes,

parus en nombre depuis les années 1960 et portant notamment sur l’expérience des camps français, en métropole ou en Algérie, sur les camps nazis et sur l'ensemble des années de la Seconde Guerre mondiale, marquées par la difficile arrivée en France, le travail forcé dans les Compagnies de travailleurs étrangers, la guerre dans des unités militaires françaises, l'engagement dans la Résistance ou la déportation. Marie-Claude Rafaneau-Boj a entrepris de reprendre, compléter et développer son mémoire de maîtrise présenté à l’université Paris-7 en 1979, en s’appuyant sur les archives alors disponibles, sur la presse française contemporaine des événements, sur les nombreux témoignages écrits et les entretiens qu’elle

a réalisés elle-même. Et elle retrace la longue odyssée qui commence avec la révolution manquée en Espagne et se poursuit en France jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Une première partie rappelle les différentes vagues de réfugiés espagnols venus en France tout au long de la guerre d’Espagne, en fonction de l’évolution des fronts. Un retour en arrière permet de comprendre l’évolution politique de l’Espagne depuis la proclamation de la République en 1931 et l’importance de l’enjeu espagnol dans les relations internationales d’une période marquée par la montée en puissance des fascismes. Les troisième et quatrième parties abordent les conditions de l’arrivée des réfugiés en France, l’univers de type carcéral des camps, les brimades et les épidémies, mais aussi le travail dans les Compagnies et Groupements de travailleurs étrangers ou l’enrôlement dans la Légion étrangère ou dans l’organisation Todt. L’auteur suit les parcours des internés depuis les camps – encore plus répressifs sous le régime de Vichy – jusqu’aux maquis de la Résistance, aux réseaux de passage clandestins des Pyrénées ou dans les rangs de la 2e division blindée, au sein de la Nueve, compagnie longtemps oubliée

lors des commémorations ultérieures de la libération de Paris. Même si des recherches postérieures ont pu préciser différents aspects de cette histoire, de cette « odyssée », notamment diverses monographies portant sur des camps précis, le livre – qui ne fait pas mystère de son caractère engagé – est complet, agréable à lire, et marque, sans doute possible, une

étape dans cette redécouverte progressive d’une page d’histoire douloureuse longtemps occultée.

Geneviève Dreyfus-Armand

 

Il s’en est fallu de peu que la Case de Santé ne ferme ses portes en 2012. Certain-e-s d’entre vous ont contribué à éviter cette disparition grâce à un soutien financier. Nous avons également cherché des financements complémentaires et surtout dû comprimer le temps de travail sur l’ensemble des postes pour réduire la masse salariale et finir l’année. En 2014, la Case est toujours là. Et ses usager-e-s de plus en plus nombreuses et nombreux. 850 en 2011, 1090 en 2012 et 1132 en 2013. Depuis 2012, la survie de la Case de santé se joue sur des aides exceptionnelles qui ne seront pas reconduites en 2014. Le budget de la Case de Santé n’est donc toujours PAS pérennisé après 8 années d’activités ! Pire, si aucun engagement financier pérenne nouveau ne se concrétise rapidement, la Case de Santé fermera ses portes le 1er novembre 2014. Nous ne serons alors plus en capacité de faire face à nos charges. La réalité étant que les financements rassemblés par la Case de Santé nous permettent de fonctionner 9 mois par an, et encore sur un budget au rabais.  Nous lançons donc une alerte en direction de nos financeurs. Nous avons aussi besoin de votre soutien !

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés