Caméra cachée sur la ZAD du testet !!!
Voici comment le camp de Gazad, légalement non expulsable, a été saccagé hier et comment les effets personnels d'opposants au barrage ont été brûlés délibérement par les GM.
Tout ça, pendant que le nouveau sénateur Carcenac cuvait tranquillement son champagne débouché de justesse (il n’est passé qu’à 17 voix près).
A savoir également que les GM ont simultanément cassé des vitres de voitures d’opposants au barrage et multiplié les tirs de flash-ball à des distances et des hauteurs très dangereuses.
Qui c’est qui se prévaut de la Loi, de la Justice, de la démocratie et de l’Etat de droit ?

1) Saccage du camp de Gazad, pourtant légalement non expulsable, dans la ZAD du Testet :

2) Essence dispersée sur un tas incluant d’effets personnels d’opposants au barrage :
3) Puis incendie des effets personnels d’opposants au barrage :
4) Pareil du côté de la Maison des Druides, où même les clés, les cartes et les papiers personnels des opposants au barrage ont été délibérement détruits, sous forme d’expédition punitive :
Besoins urgents : maalox, piles AA et AAA, cartes SD, appareils photos, couvertures, tentes, duvets, bâches, cordelette, bottes et vêtements de pluie.
Et surtout : renforts, besoin de monde, même simples observateurs, si possible avec de quoi filmer ou photographier. Entrée de la zone au croisement des D32 et D132, lieu-dit Barat, à 10km de Gaillac.

Bonjour à tous,
une pétition est en ligne...
merci de faire suivre sur vos réseaux...

M. Moudenc tient ses promesses de campagne...

Arnaud Bernard/ place des Tiercerettes, 6 caméras de vidéo-surveillance vont être installées dans le quartier dès le mois d'octobre. Ce dispositif va s’étendre à toute la ville avec 300 nouvelles caméras !

Pourtant, le dispositif de vidéo-surveillance est une atteinte aux libertés individuelles, son coût est exorbitant et de plus en plus de villes reconnaissent l’inefficacité du dispositif. 
La Cour des Comptes a rendu un rapport très sévère en 2012 à ce sujet.

  • Quel est le bilan réel de l’insécurité ? N’est-ce pas plutôt le sentiment d’insécurité qui prévaut ?
  • Quels sont les objectifs précis de ce dispositif de vidéosurveillance ?
  • Combien de temps seront conservées les données et qui les utilisera ?
  • Quels sont les moyens de contrôle de l’efficacité ou non du dispositif ?

La mise en place de ce dispositif se fait sans transparence, sans débat, sans concertation...
Malheureusement, loin de résoudre le problème, la caméra ne fait que le déplacer.

Il ne peut y avoir de méthodologie de mise en place d'un tel dispositif de vidéosurveillance, sans appropriation collective du débat et des décisions à prendre.

Nous demandons une concertation publique sur la généralisation de la vidéo-surveillance à Toulouse.

Si vous vous sentez aussi concernés, vous pouvez signer la pétition en cliquant ici.
merci de faire suivre sur vos réseaux

Collectif des habitants Arnaud-Bernard, et de Toulouse
plus d'infos : http://arnaudbernard31.wordpress.com/

——————

Quelques repères

  • 30 000 € : le coût d’installation d’une caméra comprenant sa mise en place, son câblage et et la formation des agents.
  • 20 000 € : le coût annuel d’exploitation par caméra comprenant sa maintenance et la rémunération du personnel.
  • Soit pour 300 caméras sur la durée du mandat de M. Moudenc :
    (30 000 € x 300) + (20 000€ x 300 x 6 ans) = 45 millions d’euros !!!

  • Depuis 25 ans, aucune étude d’impact n’a réussi à démontrer l’efficacité du dispositif. A Londres, ville la plus « vidéo-surveillée » du monde avec 500 000 caméras , Scotland Yard a récemment reconnu « l’échec complet » de ce dispositif.

AL et le NPA vous proposent de nous rencontrer le VENDREDI 3 OCTOBRE a 18 heures, à la Ferme FOULD à TARBES, afin de créer , si possible, une structure locale de la Coordination Nationale contre l'extrême droite (CONEX). 


> FACE A L’EXTREME DROITE ET SON IDEOLOGIE, LA CONTRE OFFENSIVE UNITAIRE EST UNE URGENCE ! 
> L’extrême droite s’est durablement enracinée dans le paysage politique français et européen. 
> Ses thèmes de prédilection n’ont pas changé : la préférence nationale, la stigmatisation des immigrés, la xénophobie, l’antisémitisme, l’homophobie, la défense de l’ordre moral au détriment des droits et de la place des femmes, l’Etat autoritaire, le nationalisme exacerbé… 
> Ces thèmes s’accompagnent aujourd’hui d’inflexions nouvelles avec la stigmatisation des musulmans, une soi disant défense du peuple et des travailleurs Français, ainsi qu’une dénonciation des institutions financières et politiques internationales. 
> Le Front National, principal représentant de l’extrême droite, réalise des scores électoraux sans précédent, y compris dans les couches populaires désorientées et frappées par les politiques d’austérité. Par ailleurs, nous assistons au développement de groupuscules radicaux et violents qui représentent une menace pour nos libertés. 
> L’idéologie nauséabonde de l’extrême droite a trouvé des échos, voire des convergences, dans une partie de la Droite qui reprend sans complexe des pans entiers des thèmes du FN, pensant ainsi séduire son électorat. 
> Par ailleurs, certains à gauche, sur la question des droits des immigrés (dans et hors Schengen, avec ou sans papiers, les Roms), abondent dans le même sens, au mépris des engagements pris par leur candidat maintenant Président. 
> La diffusion de cette idéologie est facilitée par la stratégie de « dédiabolisation » de Marine Le Pen que certains intellectuels et médias ont accompagnée. Le FN, même derrière son paravent bleu marine, n’a en fait pas changé et les groupuscules fascistes font de la surenchère pour se démarquer. Le danger que représente l’extrême droite s’en trouve ainsi renforcé. 
> Cette situation lourde de menaces n’est pas spécifique à la France. Partout en Europe, sous les coups de boutoir des politiques d’austérité, les courants fascistes, voire néo-nazis comme en Grèce, relèvent la tête. Des mouvements populistes apparus plus récemment leur emboîtent le pas. 
> Tous ces courants prétendent apporter leurs solutions démagogiques à la crise du système capitaliste. Mais comme dans les années 1930, cette crise économique et financière pourrait conduire à de nouvelles catastrophes sociales et politiques ! 
> Pour éviter cela, les mobilisations contre les politiques anti-sociales sont donc nécessaires, mais il nous faut aussi créer les conditions d’un large front antifasciste unitaire qui soit un bouclier efficace face à la résurgence de toute forme de fascisme ! 
> C’est à cette tâche que, nous, associations nationales, régionales et locales, nous sommes attelés. Afin de démultiplier notre combat tout en respectant les particularités de chacun, nous décidons maintenant de mettre nos efforts en commun en créant une : 
> Coordination Nationale contre l’extrême droite : CONEX 
> Nous appelons tous les collectifs, réseaux, associations et syndicats qui partagent cette inquiétude et qui ont à cœur de participer à cette bataille à nous rejoindre. Nous encourageons aussi la création de structures unitaires antifascistes dans toutes les régions. 
> Notre unité dans l’action sur des objectifs communs est une nécessité vitale pour ce combat décisif ! 



APPEL

COORDINATION DES INTERMITTENT-ES ET PRECAIRES DE MIDI-PYR. (CIP-MP)

1er OCTOBRE 

jour de mise en application de l'ensemble de la Convention chômage 

JOURNEE NATIONALE DE GREVE 

A Toulouse, la CIP-MP appelle  à la mobilisation et à la grève
RDV mercredi 1er octobre à 11H 
en bas des allées Jean Jaurès, (face à la FNAC)
(avec les casse-croûtes)
 
A Toulouse 
appellent aussi à la mobilisation : 
le MNCP (Mouvement National des Chômeurs et Précaires), la CGT spectacle, SUD culture Solidaires, SUD Collectivités Territoriales 31, les AVS en colère (Auxiliaires de Vie Santé),  le DAL (Droit au Logement),   
les Maisons des chômeurs toulousaines "La Fabrique solidaire", "Avenir" et les deux sites de "Partage" qui seront en grève ce jour-là
Merci à toutes les structures (collectifs, syndicats,associations,..) qui souhaitent s'associer à cet appel de nous le faire savoir. Idem pour celles qui seront en grève)


Au niveau national 
appellent à la grève et à se mobiliser toutes les organisations du Comité  de suivi :  
Les CIP (25 régions),  Fédération des Arts de la rue, Fédération CGT spectacle, collectif des Matermittentes, Monteurs associés, Recours Radiation, Société des Réalisateurs de Films, SUD culture Solidaires, SUD spectacle, Syndicats du Cirque de Création, Syndicat des Musiques Actuelles, SYNAVI, SYNDEAC, UFISC, Union des Créateurs Lumière,….
(l'appel en PJ)


Dans notre région 

le Collectif des Intermittents Aveyronnais (CIA) 
appelle à "Sonner l'alarme"
 RDV le 1er Octobre à partir de 10 h 30 , Place des Consuls à Millau 
Le Medef enfume en annonçant qu'il peut créer 1 million d'emplois  ! A quel prix  ? Pour quels emplois  ?
En supprimant le Smic  ? En réduisant les congés payés  ? En supprimant les 35 h  ? En démontant le Code du Travail  ? En faisant travailler dimanche et jours et fériés ?
l'Union syndicale Solidaires 32 appelle à AUCH 
 en soutien à l'appel de la CIP-MP,  
les intermittents, les précaires, sans emploi, retraités, étudiants 
à un rassemblement le 1er octobre à partir de 11H30 (pique-nique, casse-croûte) devant Pôle emploi, bd des Pyrénées



 
DE L'ARGENT IL Y EN A 
POUR CONSTRUIRE DE NOUVEAUX DROITS !
Nous n'acceptons pas la casse des droits sociaux des chômeurs, précaires, intermittents et intérimaires, aggravée par la mise en place de la convention d'assurance chômage du 22 mars.

 
Monsieur Rebsamen demande le renforcement du contrôle des chômeurs : nous lui répondons qu'il ferait mieux de contrôler les fraudes des employeurs sur le paiement des cotisations sociales qui coûtent plus de 20 milliard d'euros par an.

Ou les entreprises qui utilisent l'assurance chômage pour économiser sur les salaires de leur cadres en pré-retraite, pôle emploi en tête !
(cf : http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/09/11/les-petits-arrangements-de-pole-emploi-avec-ses-cadres-proches-de-la-retraite_4485935_3224.html)
Arrêtez de dire que les précaires sont responsables du déficit de la protection sociale, c'est un mensonge !
Nous demandons l'abrogation de la nouvelle convention d'assurance chômage visant à faire des économies sur le dos des seuls chômeurs et précaires, en les stigmatisant.

Monsieur Valls offre un pacte de "responsabilité" aux entreprises pour favoriser la compétitivité et l'emploi, alors que ces dernières versent 30% de dividendes supplémentaires à leurs actionnaires au second trimestre 2014 et demandent par ailleurs à pouvoir embaucher en dessous du SMIC pour s'en sortir.
Ce n'est plus de la provocation, c'est de l'indécence !
Nous ne croyons pas en votre "crise" et ne voulons pas d'un plein-emploi précaire. Nous exigeons que notre modèle de protection sociale accompagne la discontinuité de l'emploi, les contrats courts, l'intérim, et qu'il soit discuté avec les premiers concernés.

Monsieur Gattaz déclare que "notre modèle social à vécu, il n'est plus adapté" : nous lui répondons que c'est notre modèle de dialogue social qui est mort et qui n'est plus adapté. Une gestion paritaire de l'UNEDIC qui date de 1958 : oui, le monde a changé et c'est ce paritarisme là qui n'est plus d'actualité.
Il est scandaleux que les cotisations sociales - part socialisée du revenu appartenant aux salariés - soient gérées de manière mafieuse et qu'il appartienne au patronat d'en décider.
Nous demandons la transparence des comptes de l'UNEDIC et exigeons que les chiffres bruts soient communiqués pour expertise.

Monsieur Hollande, alors que l'INSEE vient de publier son rapport présentant une instabilité et une précarisation croissante des conditions d'emploi, nous demandons que la question de l'assurance chômage devienne un débat national et que le modèle d'indemnisation soit repensé afin que 100% des chômeurs soient indemnisés.

Nous avons des propositions et tant qu'elles ne seront pas entendues, nos actions ne connaîtront pas de pause.

Nous appelons à la grève partout en France  le 1er octobre 2014,  jour de mise en application de l'ensemble de la convention d'assurance chômage.
Chômeurs, intermittent-es, précaires, salarié-es, étudiant-es, retraité-es, nous sommes tous concernés, soyons tous mobilisés

Merci de faire circuler l'info
  
Site de la CIP-MP :  www.cip-mp.org

affiche_testet25oct_a4

Bonjour,

Survie Midi-Pyrénées vous donne rendez-vous :

- Le 27 Septembre : Inauguration de la stèle à la mémoire des victimes du génocide des Tutsis au Rwanda, à 11H au Jardin Raymond VI, en présence de la Diaspora Rwandaise de Toulouse, de l'ambassadeur du Rwanda en France M. Jacques Kabale et du maire de Toulouse M. Jean-Luc Moudenc

- Le 1er Octobre : Conférence gesticulée "1000 collines, 1000 coopérants... et moi, et moi et moi ?", à 20H au café associatif Chez ta mère (Arnaud Bernard). Claire-Emmanuelle travaille au Rwanda en 1992-1993 ; Antoine est militant à Survie ; c'est de cette rencontre que naît cette conférence. Par le croisement de lettres de l'époque, d'illustrations, de témoignages, de questionnements, ils expliquent et racontent de façon simple et sensible comment s'est préparé du génocide des tutsi de 1994, ses origines historiques, sociales, politiques ainsi que le rôle de la France et de ses coopérants techniques et militaires.

- Le 3 Octobre, 20H au CIDES : Conférence-débat "Afrique, entreprises et mondialisation", par Thomas Noirot, co-auteurs du dernier livre de Survie "Françafrique, la famille recomposée". Tandis que chaque nouveau gouvernement clame que "la Françafrique, c'est fini!", ce livre est une mise à jour de l'analyse des relations entre la France et ses anciennes colonies d'Afrique. En 2014, comment la France maintient-elle une domination économique, militaire et politique sur ces pays ?

Rejoignez-nous! Et faites passer l'info!

Survie Midi-Pyrénées

survie31.over-blog.com/ www.facebook.com/surviefrance Survie

ASSEZ ! Exigeons la fermeture des Centres de Rétention !

 Aujourd’hui, environ 44 000 personnes sont détenues par l’État français dans des Centres de Rétention Administrative (CRA). Cela veut dire que des milliers de personnes, dont des familles avec des mineurs, sont enfermées et entassées dans des lieux de "privation de liberté" dont le seul et unique tort est de ne pas être nées en France et d’être en situation irrégulière.

Depuis des années, les associations d’aide aux migrant-es alertent l’opinion publique quant aux nombreuses atteintes à la dignité humaine et aux violences physiques (le dernier rapport de la CIMADE est éloquent a ce propos) et morales qui touchent les personnes enfermées dans les CRA et les zones d’attentes situées dans les aéroports, et qui sont souvent éloignées de force du territoire français après leur détention (56000 éloignements en 2012 uniquement pour le territoire métropolitain). Cette violence institutionnelle entraîne des suicides et d’autres actes désespérés comme des mutilations.

Nous rappelons que les migrant-es sont des personnes fuyant des conditions d’existence désastreuses ou qui tout simplement cherchent à vivre une vie un peu meilleure. 

Nous rappelons qu’au 19ème siècle des millions d’européens ont immigré aux quatre coins du monde, fuyant la misère du « vieux continent ». 

Nous rappelons que la richesse économique des pays occidentaux est aussi basée sur le pillage et l’exploitation des ressources et des populations dont sont originaires les migrant-es.

Les lieux d’enfermement, dont les CRA, servent le système capitaliste dans ses besoins de gestion des populations. Les CRA, comme les autres lieux d’enfermement, sont des conséquences de la barbarie étatique et capitaliste (la militarisation des frontières a entraîné la mort de 13000 migrant-es l’an dernier aux portes de notre belle Europe démocratique).

Il ne peut y avoir de capitalisme à visage humain !

Pour la liberté de toutes et de tous contre les CRA, les prisons en tout genre et la société qui les produit, venez manifester à Sète (34), sur la place de la mairie, samedi 4 octobre 2014 à 14h, et amenez vos casseroles pour vous faire entendre de nos camarades migrant-es ! Que crament les CRA !

 

Solidaires, Écologistes et Libertaires - Millau
Réseau de luttes et d'initiatives libertaires et autonomes en sud-Aveyron.
graindeselmillau@hotmail.fr - www.graindesel.fr.gd

Projections vidéo :

Demain vendredi 26 à 21h, à L'Ibère Familier à Graulhet, Fabrice projette le dernier montage du « collectif de Gaillac » en réponse à la lettre de Carcenac (18') et le film sur les exactions des gendarmes mobiles le matin du 15 septembre, et d’autres vidéos sur la lutte de Sivens.

>  

Samedi 27/09 à 21h, idem aux Hauts Parleurs à Villefranche de Rouergue puis le 04 Octobre à 21h au Bouche à Oreille à Simorre dans le Gers.

>  

Concert des lycéens :

Samedi 27 au soir à Graulhet concert organisé par des lycéens mobilisés contre le barrage à destination des autres lycéens. Plus de détails demain…

>  

Montages photos :

Nous souhaitons faire des montages photos pour montrer la zone du Teste avant / après le massacre. L'idée est de juxtaposer des photos montrant la richesse et la beauté des sites du Testet avant le défrichement et des clichés pris au même endroit après défrichement.

L'objectif de ces montages axés sur l’aspect nature avec un commentaire minimal (juste les dates) est de permettre de faire des grands panneaux pour des manifs, peut-être ensuite une expo ou encore une diffusion sur le web. Beaucoup d'entre vous ont fait des photos de la zone. Nous vous invitons à nous envoyer vos clichés les plus réussis (exclusivement des photos de nature avant ou après).

>  

Pour cela nous avons créé une adresse commune : photostestet@gmail.com. Merci de n'envoyer que ce que vous avez de mieux pour ne pas encombrer inutilement la boite et éviter un travail de tri trop fastidieux (ne pas envoyer les photos floues, trop saturées, sur ou sous-exposées, contenant des éléments parasites tels que voitures, etc...)

Ca serait bien aussi d’indiquer la date ou une date approximative des prises de vue. Concernant les droits de reproduction l'envoi de vos clichés suppose que vos droits sont abandonnés au profit du Collectif, les photos ne seront pas signées.

>  

Préparation du rassemblement du 25 octobre :

La coordination des opposants au barrage de Sivens a décidé d’organiser un rassemblement « national » les 24/25/26 octobre avec le moment fort le samedi 25. Le contenu du week-end est encore en cours d’élaboration collective. Des commissions se mettent en place pour préparer cet événement. Elles se réuniront dimanche à Sivens, nous vous donnerons plus de détails demain.

>  

Parmi les dernières nouvelles sur le fond du projet :

>  

Rencontre probable avec les experts envoyée par Ségolène Royal  le 1er octobre.

>  

La Commission européenne devrait décider dans les prochaines semaines si elle met en demeure ou pas la France de respecter la directive sur l’eau à propos du projet de barrage de Sivens.

>  

Thierry Carnecac a écrit aux grévistes le 24/09/2014. Il refuse toujours d’organiser un débat contradictoire. Une réponse est en cours de préparation. Voir le courrier. Il y a toujours 3 grévistes de la faim qui ne s’alimentent plus depuis 4 et 3 semaines.

>  

Des propriétaires de zones humides du Tarn ont envoyé une lettre ouverte à Thierry Carcenac, Pdt du CG 81. Voir cette lettre dans notre page web « Une compensation qui n'est pas acceptable ».

>  

Sinon, le chantier est gelé cette semaine, il est probable qu’il reprenne lundi prochain ou le 6 octobre (décapage prévu le 6/10 dans le planning initial des travaux).

>  

Nous n’avons PAS prévu de pique-nique ce WE afin de souffler un peu. N’oubliez pas d’aller voir les autres activités prévues par le Collectif « Tant qu’il y aura des bouilles » surhttps://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com

>  

Les relais médias sont à jour sur http://www.collectif-testet.org/172+relais-medias-en-2014.html

A la suite de 15 jours de grève et de l'installation d'un campement devant l'entrée du Conseil Général de Haute-Garonne, les travailleurs sociaux ont obtenu ce mardi matin, le recul du président du département Pierre Izard sur le dossier du financement de l'accueil des jeunes majeurs étrangers isolés en Haute-Garonne. 

Lors de la  réunion de négociation qui s'est tenue ce lundi matin 23 septembre, Le Président du Conseil Général, Pierre Isard a annoncé qu'il renonçait à couper les subventions d'hébergement et de suivi des jeunes majeurs étrangers. 

La tenacité des travailleur-euse-s sociaux en lutte et la mobilisation de solidarité qui s'est construite autour d'eux-elles a fait reculer le Département dans des décisions qui allait accroître la précarité sociale de ces jeunes étrangers. 

Enfin une lutte exemplaire qui redonne le moral!

 

Les éditions CMDE ont le plaisir de vous inviter à une présentation
/projection
en partenariat avec Terra Nova et Utopia, le mardi 30/09, à l?occasion de la
sortie de leur dernier livre: La Nuit de Tlatelolco. Histoires orales d'un
massacre d'État, d'Elena Poniatowska. En présence du CMDE et de la
traductrice,
Marion Gary.

Présentation du livre à 18h30 Librairie Terra Nova

Projection de Tlatelolco, les clés du massacre à 20h30 à Utopia Toulouse
(http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=2483&mode=film
<http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=2483&mode=film> )

La Nuit de Tlatelolco est le livre de référence au Mexique sur le
mouvement de
68. L'auteure, Elena Poniatowska, par ailleurs romancière et journaliste, a
reconstruit méticuleusement l'histoire sociale de ce mouvement populaire à
travers des centaines de témoignages d'étudiants, de professeurs, de parents,
d'ouvriers, mais aussi d'extraits de presse ou de paroles du pouvoir.
Édité pour la première fois en 1971 au Mexique, La Nuit de Tlatelolco visait surtout à
rétablir la vérité historique. Près de cinquante ans après les faits, face à
l'impunité persistante des responsables au sein de l'appareil d'État, les
revendications de justice et de mémoire collective continuent de résonner
sous le slogan « Le 2 octobre ne s'oublie pas. » Cette oeuvre était jusqu'alors
inédite en langue française. Plus d'infos :
http://editionscmde.org/Actualites.html

La rencontre sera suivie de la projection, au cinéma Utopia à 20h30, du
documentaire Tlatelolco, les clefs du massacre. Cette enquête retrace la
préparation du 2 octobre par les autorités, puis dresse un portrait à
charge des responsabilités du massacre.

Quarante-six ans après les faits, cette soirée permettra de revenir sur le
mouvement étudiant de 1968 que le parti d'État mexicain, le PRI, écrasera
dans le sang à dix jours du début des J.O. de Mexico, sous les yeux de la presse
internationale. La traductrice présentera l'oeuvre à travers les
conditions de son élaboration (recueil de témoignages dans des circonstances
parfois difficiles) et le contexte socio-historique de l'époque (origines et
retombées du mouvement, autoritarisme d'État).

Au plaisir de vous y rencontrer!
Les éditions CMDE (Collectif des métiers de l?Édition)


 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés