Alternative Libertaire - Toulouse Alternative Libertaire est une organisation communiste libertaire née en 1991. C'est aussi un journal qui diffuse tout les mois une analyse libertaire sur les luttes et l'actualité.

ProCME : les ouvriers portugais retiennent leurs patrons qui démissionnent

Alternative Libertaire Toulouse

http://carredinfo.fr/wp-content/uploads/2012/02/procme_negociations-597x310.jpgDepuis trois semaines les ouvriers portugais des quatre filiales de l’entreprise de BTP portugaise ProCME ont cessé de travailler. Ils protestent notamment contre la remise en question d’accords opérée lors de la division en quatre sociétés de la branche française de l’entreprise (voir nos articles à ce sujet). Depuis, certains dorment dans leurs camions ou les entrepôts de l’entreprise. Les négociations, déjà tendues la semaine dernière, ont repris hier et le ton est encore monté. Souvent proche d’un accord avant que la direction ne revienne à plusieurs reprises sur ses positions, les négociations ont débouché sur la démission des quatre responsables portugais.
Les voitures des patrons empêchées de partir par les camions de l’entreprise

La semaine dernière déjà les ouvriers avaient obligé leur patron à négocier. Une réunion au Consulat du Portugal devait se tenir jeudi dernier en présence du directeur des ressources humaines du groupe. Ce dernier n’est finalement pas venu, pas plus que Gabriel Marques, directeur de ProCME France, pour une nouvelle réunion à la préfecture avant-hier. Mercredi matin, les quatre directeurs étaient présents sur le site de Ramonville. Les négociations ont démarré à 11 heures en présence de l’inspection du travail. En début d’après-midi, Ludovic Arberet secrétaire de l’Union locale CGT Toulouse –Sud, exprimait un relatif optimiste. « Ils ont accepté la proposition d’une rupture conventionnelle de contrat pour les salariés qui veulent quitter l’entreprise et nous négocions les indemnités légales de licenciement plus une indemnité pour compenser ce qu’ils ont vécu. » En fin d’après-midi, après une volte-face de la direction qui revenait sur ses positions, les esprits se sont échauffés. Les voitures des directeurs ont été bloquées sur le parking.

Lire la suite sur le site Carré d'info.

Commentaires