Alternative Libertaire - Toulouse Alternative Libertaire est une organisation communiste libertaire née en 1991. C'est aussi un journal qui diffuse tout les mois une analyse libertaire sur les luttes et l'actualité.

Palestine-Israél: Nabi Salih, la mort d'un lanceur de pierres

Alternative Libertaire Toulouse

http://www.anarkismo.net/attachments/dec2011/jihadplstin3_2.jpgMustafa Tamimi a jeté des pierres. Sans remord, et parfois sans crainte. Pas uniquement cette journée, mais presque tous les vendredis. Il a également dissimulé son visage. Non par peur de la cellule de prison, dont il avait déjà appris à connaître intimement les recoins, mais afin de préserver sa liberté, afin qu'il puisse continuer à jeter des pierres et résister au vol de ses terres. Il a continué à le faire jusqu'au moment de sa mort. ---- Selon le journal britannique The Daily Telegraph, en réponse aux rapports sur le meurtre de Tamimi, le porte-parole du Commandement de la GC Sud a dit sur son compte Twitter: "A quoi s’attendait Mustafa en courant après une jeep en mouvement tout en lançant des pierres # échouer. " Ainsi, de manière simple et moqueuse, le porte-parole a expliqué pourquoi Tamimi était à blâmer pour sa propre mort.
Mustafa Tamimi, du village de Nabi Saleh - fils d’Ikhlas et d’Abd al-Razak, frère de Saddam et Ziad, jumeaux d’Oudaï et de Louai et frère d’Ola - a reçu une balle dans la tête à bout portant, le vendredi. Quelques heures plus tard, à 9h21 le samedi matin, il est décédé de ses blessures. Une grenade à gaz a été tirée sur lui à partir d'une jeep blindée militaire à une distance de quelques mètres seulement. Ce n'était pas par peur que le tireur à appuyé sur la détente. Il passa le canon de son fusil par la porte du véhicule blindé et tira avec l'intention claire de tuer. Le tireur est un soldat. Son identité reste inconnue et le restera peut-être toujours. Peut-être que cela est pour le mieux. L’identifier et le punir ne servirait pas à blanchir les crimes de l'ensemble du système. Comme si les civils israéliens indifférents, le sergent, le commandant de compagnie, le commandant du bataillon, le commandant de brigade, le commandant de division, le ministre de la Défense et le Premier ministre n'avaient aucune responsabilité dans la fusillade.

Lire la suite sur Anarkismo.

Commentaires