Alternative Libertaire - Toulouse Alternative Libertaire est une organisation communiste libertaire née en 1991. C'est aussi un journal qui diffuse tout les mois une analyse libertaire sur les luttes et l'actualité.

Mexique: la répression s'abat sur les anarchistes

Alternative Libertaire Toulouse

Mexique : Des prisonniers anarchistes se déclarent en grève de la faim.
Solidarité !

Communiqué de Jorge Mario González García, Carlos López ?El Chivo?,
Fernando Bárcenas Castillo et Abraham Cortes Ávila

Aux médias libres
Au peuples du monde
Aux opprimé-e-s

Motivés par un sentiment de rébellion et par un clair et véritable rejet
de tous les  mécanismes de contrôle et, parmi eux, de celui du système
carcéral, nous,  anarchistes et libertaires, prisonniers séquestrés par
l'État mexicain, nous avons décidé d'utiliser l'un des outils de lutte
dont nous disposons depuis l'enfermement : la grève de la faim. Et cela à
partir d'aujourd'hui, 1er octobre, un an après les arrestations du 2
octobre 2013, dix mois après la séquestration de Fernando Barcenas et neuf
mois après celle d?Amélie, Carlos et Fallon.

Pour nous, la grève n?est pas synonyme de faiblesse. Nous cherchons encore
moins à endosser une posture de victime. Au contraire, nous assumons la
grève comme une alternative de lutte que nous jugeons adéquate pour
protester et proclamer dans les faits notre insoumission face à
l'enfermement de nos corps, à l'humiliation, à l'isolement et à la
frustration que signifie le fait d'être incarcéré dans ces centres de
terreur. Nous avons choisi de passer à l'action au lieu d?accepter la
prison comme une situation « normale ».

L'État cherche à former des citoyens dociles et serviles pour maintenir
son « ordre social » établi et pouvoir ainsi soutenir la structure de
production capitaliste qui ne bénéficie qu'à la classe dominante. Les
prisons jouent un rôle primordial dans la configuration de ces bons
citoyens et c'est la société bourgeoise qui cherche la réadaptation de la
ou des prisonnier-e-s.

Nous rejetons la supposée fonction de réinsertion que la prison peut
exercer dans nos vies. Nous la considérons non seulement comme inutile,
mais aussi comme largement nocive. C'est pour cela que nous avons décidé
de continuer à lutter pour la détruire, en commençant par de petites
actions de négation et de non-reconnaissance de son influence dans nos
vies.

Nous déclarons cette grève de la faim pour un temps indéfini, sans
demander ou clamer quoi que ce soit. Nous ne cherchons pas l'amélioration
des conditions en prison. Il s'agit simplement de ne pas accepter ni
reconnaître sa fonction dans nos vies, en agissant de façon coordonnée et
solidaire.

Par cette action nous accompagnons la manifestation de protestation du 2
octobre, 46 ans après le génocide de Tlatelolco, sans oubli ni pardon et
menant la guerre jusqu?à la fin de l'oppression.

Nous ne cesserons jamais d'aspirer à la liberté !
Nous n?abandonnerons pas la lutte pour elle !

Jorge Mario González García (Torre Médica del Reclusorio de Tepepan)
Carlos López, El Chivo (Reclusorio Oriente)
Fernando Bárcenas Castillo (Reclusorio Norte)

Commentaires