Alternative Libertaire - Toulouse Alternative Libertaire est une organisation communiste libertaire née en 1991. C'est aussi un journal qui diffuse tout les mois une analyse libertaire sur les luttes et l'actualité.

Expulsions : C'est arrivé près de chez toi

Alternative Libertaire Toulouse

http://img.over-blog.com/300x225/4/44/21/22/Photo0058.jpgCommuniqué de l'Assemblée de soutien aux deux lieux expulsés mercredi 12 octobre 2011 à Toulouse.

Ce mercredi 12 octobre à 6h, une trentaine   de véhicules de flics, prétextant le flagrant délit de dégradations, expulse, sans procédure légale, sept personnes au 5 rue Goudouli, un bâtiment occupé depuis 5 jours à Toulouse. Ils embarquent les occupant.es au commissariat. Dans la foulée, les keufs se rendent au 17 rue des Jardins, pour expulser de la même manière, avec le même prétexte bidon, un bâtiment occupé depuis une semaine.
Menacé.es au flashball, 5 des 6 occupant.es se font vider de leur lieu  de vie et sont embarqué.es au commissariat. Les flics font intervenir le GIPN, intervention qui coûte 30.000 €, pour tenter de déloger le sixième  ccupant, resté sur le toit. L'opération est menée avec brio par ce cher commissaire divisionnaire Laurent Sindic. Ils sont redescendus bredouilles, na na na na nère...
Dans la rue des potiers, une cinquantaine de personnes se rassemblent  en soutien, la tension est palpable. Une personne, déjà arrêtée lors de la première expulsion, est à nouveau embarquée, déférée immédiatement en comparution, qu'elle refuse et passera donc en procès le 16 novembre pour outrage.
Ces lieux avaient été réquisitionnés. L'un par le CREA ( Collectif pour la Réquisition, l'Entraide et l'Autogestion ) dans le cadre de leur  campagne « Zéro Enfants à la Rue cet Hiver ». L'ouverture publique s'était déroulée le lundi 10 octobre, portée par 150 personnes. Une assemblée s'en était suivie. Ce lieu devait accueillir cinq familles à  a rue. Cette maison, anciens locaux de l'AFPA, était vide depuis au moins deux ans. Les habitant.e.s du deuxième lieu, ancien restaurant du rectorat, resté vide depuis 2010, souhaitaient mettre à profit une partie des locaux pour y organiser des activités collectives, dont des cantines populaires gratuites. Le but était d'y expérimenter des rapports entre les gens en dehors des circuits marchands.

Lire la suite sur le site du Centre Social Autogéré de Toulouse.

Commentaires