Alternative Libertaire - Toulouse Alternative Libertaire est une organisation communiste libertaire née en 1991. C'est aussi un journal qui diffuse tout les mois une analyse libertaire sur les luttes et l'actualité.

Carré d'info : Poignet brisé et tympan perforé, un Toulousain porte plainte contre la police

Alternative Libertaire Toulouse

http://carredinfo.fr/wp-content/uploads/2013/08/BAC1-597x350.jpgLors de la précédente fête de la musique, un jeune homme dit avoir subi de graves violences policières lors d’une interpellation qu’il juge arbitraire. Il se confie tandis qu’une plainte a été déposée au parquet de Toulouse.
Interpellé et traîné dans la voiture
Dans le bureau de son avocat Me Julien Brel, Alain* montre ses poignets. Plus de deux mois après les faits qu’il s’apprête à raconter, on distingue nettement des traces rougeâtres évoquant des bracelets de menottes. Plus haut sur le poignet gauche, une cicatrice remonte l’avant-bras sur une dizaine de centimètres. Poignet cassé et tympan perforé, Alain a déposé plainte « pour des faits de violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique et ayant entraîné une incapacité totale de travail de trois jours».
Il est trois heures du matin dans la nuit du 21 au 22 juin 2013. Devant un établissement de nuit du quartier Arnaud Bernard, Alain explique qu’il tente de calmer une bagarre. Soudain, trois hommes font irruption dans la mêlée ; se saisissent d’Alain et le clouent au sol. « Rien n’indiquait qu’ils étaient de la police, ils ne portaient pas de brassards », se souvient le jeune homme. « On a compris lorsqu’ils se sont mis à trois sur moi pour me passer les menottes. » Ses amis tentent de calmer la situation mais sont frappés par des matraques.
Les policiers décident alors d’embarquer Alain, toujours immobilisé à terre. Afin de le relever, l’un d’entre eux tire sur la chaîne des menottes pour le « traîner » jusqu’à la voiture. « J’ai ressenti une douleur extrême dans le poignet gauche à ce moment là », continue Alain. Son poignet sera brisé en deux endroits. Avant d’entrer dans le véhicule, le jeune homme est projeté la tête la première contre la carrosserie puis embarqué direction le commissariat de l’embouchure du canal.

Lire la suite sur Carré d'info.

Commentaires